[Acte 2] Les Ouvreurs : travailleurs de l’ombre ! (par Michel Périn)

Direction le Var pour l’épisode 2 où Michel Périn met en avant des hommes essentiels en rallye : les ouvreurs !

Acte 2 - Le Rallye du VAR 1989

Le VAR, du fait de sa date tardive, réserve souvent quelques surprises météorologiques.

JPEG - 49.7 ko

J’y ai connu des conditions sèches et ensoleillées, des conditions pluvieuses accompagnées de lits de feuilles mortes…ainsi que le vent marin, qui - quand il se lève - ramène une très forte humidité sur certaines routes de l’arrière pays (l’ES des « ROCHES BLANCHES » en est un bon exemple).

En novembre 89, la fin des reconnaissances est perturbée par …des chutes de neige ❄️.

Peut être, faut il préciser que notre adversaire principal est l’équipage Bruno SABY/Daniel GRATALOUP sur une redoutée LANCIA DELTA Intégrale, si efficace lorsque l’adhérence est précaire 🤕.

René DEFOUR (notre ouvreur habituel) étant indisponible, nous proposons à Patou MAGAUD de nous servir de « chien d’aveugle ».

Pour une première expérience à nos cotés, Patou et sa coéquipière Guylaine BRUN sont servis…..des conditions de routes aussi difficiles à décrire c’est rare 🙄.

PNG - 706 ko

La première ES est le Col de GRATTELOUP…oui vous avez bien lu (rien à voir avec mon copain et excellent copilote Daniel, assis dans la LANCIA adversaire).

Même si la température remonte, faisant doucement fondre la neige, l’ES reste enneigée sur les 15 premiers kms situés à l’ombre, laissant apparaitre des rails de goudron qui - si nous arrivons à savoir exactement où ils sont situés - nous autoriseraient à faire le choix des slicks ..bienvenus pour les 11 derniers kilomètres totalement secs. Et à cette occasion, François et moi découvrons toute la sensibilité, et la force de persuasion de Patou, qui explique calmement au « Chat » que s’il reste dans les rails de goudron, ça va matcher…..

Je vois à la tête de mon pilote, qu’il n’est pas totalement convaincu 😬.

Et c’est dans cet état d’esprit que nous entamons cette foutue ES, ou les occasions de se mettre « dehors » sont légion.

Je m’applique à lire au mieux nos notes complétées par les corrections de notre équipage d’ouverture…et après quelques kilomètres, j’entends François me dire dans la radio : ces corrections sont super, je suis en confiance et je hausse le rythme …..Yes, banzai🤜 …et on passe en mode « grosse attaque »…..

Nous remportons cette ES, 8 secondes devant la LANCIA …et deux jours plus tard le Rallye devant BARONI/DAVID sur une FORD SIERRA Groupe A.

En effet, Bruno SABY et Daniel GRATALOUP abandonnent sur une grosse sortie de route dans la rapide descente de Capelude…heureusement sans gros bobo pour l’équipage !

NB hilarant à propos du Col de GRATTELOUP :

Lors d’une édition du Rallye, Dany SNOBECK avait donné rendez-vous à mon ami Jean-François LIENERE au fameux col situé dans l’ES du même nom, à l’occasion d’une soirée d’essai.
Là où ça devient amusant - à une époque où les téléphones portables n’existent pas encore - c’est qu’il existe deux « Col de GRATTELOUP », le second étant situé au pied du Col de BABAOU » distant de 40Kms de son homonyme.
Après s’être attendu toute la soirée chacun dans leur coin, nos amis se sont retrouvés le lendemain au petit-déjeuner……éclat de rire assuré 😂.

@ suivre... ... ...

Texte :Michel PERIN
photos : archives / Michel Périn

-> Relire : Tranche de vie - mes débuts en Sport Automobile par Michel Périn
-> Relire Michel Périn : comment le TOUR AUTO a changé ma vie !
-> Relire : MAXI Anecdotes - Acte 1 - Critérium de Touraine 1985
-> Relire : MAXI Anecdotes - Périn/Chatriot - Acte 2
-> Relire : MAXI Anecdotes - Périn/Chatriot - Acte 3
-> Relire : MAXI Anecdotes - Périn/Chatriot - Acte 4 et 5
-> Relire : Acte 1 - Les Ouvreurs : travailleurs de l’ombre !