Tranche de vie : mes débuts en Sport Automobile par Michel Périn

Michel Périn ouvre pour NCR sa boite à souvenirs...
Voici l’épisode #1 :

"En cette période de confinement, l’idée m’est venue de jeter un oeil sur de vieux articles de journaux et photos de cette glorieuse époque 😇.

PNG - 489.6 ko
20-21 mars 1976

En 1976, à tout juste 19 ans, je ne rêve que d’une chose depuis que j’ai eu la chance de croiser la route d’Henri PESCAROLO et son navigateur Johnny RIVES sur MATRA 650, lors du Tour de France Automobile 1970 : na-vi-guer au sens rallystique du mot 😳.

A cette époque dans ma région Lorraine, existait un « championnat » pirate de rallyes de navigation dans la région de Metz où je résidais.

Le jeu consistait à parcourir sans erreur le parcours proposé sous forme d’une succession de N° de route 🗒 (D57 / D22 / VO / VO VO / D45, etc…..) et sans aucune mention du nom des villages bien entendu !

Au départ de ces épreuves, le commissaire relevait le kilométrage du compteur général de l’auto, et faisait de même sur la ligne d’arrivée finale.

Évidemment, la navigation se corsait - entre autres - dès que l’on rencontrait une succession de VO (Voie Ordinaire) sachant que si plusieurs possibilités existaient, la plus courte était celle à considérer comme la « bonne ». Il était par ailleurs courant que quand une alternative existait, un CP ✅ et un faux CP ✘ nous attendait……

Le temps imparti était calculé très large, ce qui était bienvenu afin d’éviter la tentation de rouler trop vite 🕐.

PNG - 1 Mo
20-21 mars 1976

J’ai le souvenir d’avoir parcouru en quelques occasions quelques centaines de mètres au pas de course 🏃‍♀️ afin de vérifier les caractéristiques d’un carrefour ou comparer 2 alternatives …et éviter de faire des mètres en trop. Il était courant de voir des autos faire de savantes marche AR après une erreur d’orientation, afin de rester dans le « métré » recherché.

Je préparais une collection complète de cartes IGN et Michelin, rangées dans l’ordre dans un grand cartable, une règle graduée afin de mesurer les différentes options sur la carte, et une grande planche en balsa peinte en noir, une lampe frontale « d’époque » car le départ se faisait d’un bar vers 21h00 le samedi soir.

Je prenais le départ de ces Rallyes avec un copain (pas toujours le même en fonction des disponibilités de chacun) dont la voiture possédait un compteur en bon ordre de marche ….nous menions donc au préalable quelques tests sur 20/30 Kms afin de s’assurer que l’auto « mesurait » convenablement.

Les CP pouvaient être des Panneaux/Lettres (cachées ou pas !), des noms de rue ou de village ou des Lettres peintes sur la route à même le sol !

Le concurrent qui rentrait avec le kilométrage le plus proche de celui mesuré par l’organisation et ramenait tous les CPs, remportait la mise, et - en fin de saison - un « champion était désigné 🏆........

Prenez bien soin de vous !

Texte et archives : Michel Périn
photo1 : 6 mars 1976

-> Lire la suite : comment le TOUR AUTO a changé ma vie !

 

Documents joints

 Année 1976 - Rallyes de navigation (PDF - 639.2 ko)