MAXI Anecdotes - Périn/Chatriot - Acte 3

NCR vous propose aujourd’hui l’acte 3 des "MAXI Anecdotes" de Michel Périn et de son pilote François Chatriot

Acte 3 - Le Rallye du TOUQUET 31 Mai, 1er et 2 Juin 1985

- La bougie récalcitrante

Le Rallye du TOUQUET fait son entrée dans le calendrier du Championnat de France des Rallyes de 1ère division (5ème manche).

JPEG - 40.1 ko

Il est donc nouveau pour la plupart des équipages professionnels.

Les potentiels candidats à la victoire sont 3  : FREQUELIN-TILBER sur une redoutable OPEL MANTA 400 / AURIOL-OCCELLI sur une MAXI 5 Turbo aux couleurs PHILIPS suivie par nos amis de RENAULT-CHARTRES et CHATRIOT-votre serviteur sur notre MAXI 5 Turbo du Team DIAC/RENAULT COMPIEGNE.

Le départ de l’épreuve est donné depuis VALENCIENNES, le Vendredi 31 Mai à 18h00 pour une 1ère Etape qui se termine à minuit.

Très vite, l’équipage de l’OPEL prend les devants alors que nos deux MAXI 5 Turbo sont confrontés à quelques difficultés techniques empêchant nos 2 équipages de s’exprimer sans retenue.

Lors de la seconde étape, au cour d’une ES, une bougie casse à sa base, au ras de la culasse, et nous finissons sur 3 cylindres, sans que le résultat chronométrique ne soit heureusement catastrophique.

Nous rejoignons à faible allure (pour ne pas prendre le risque de « tout » casser) le point d’assistance suivant, au cours duquel notre équipe technique tente l’extraction de la bougie défaillante.

Les minutes passent, les visages s’allongent, les gros mots fusent 🤬….mais la bougie ne vient pas.

On nous informe que c’est fini, et que je vais devoir rendre mon carnet de bord….Damned 😤

Alors que j’ai fini de rassembler l’ensemble de nos effets (cahiers de notes virages par virages, road-book, plan d’assistance, crayons, chronomètres, casques, cagoules et blousons) rangés avec soin dans différents endroits bien précis de l’habitacle, du fait de l’exiguïté de l’auto, j’entends « GateGate » (célèbre mécanicien de l’équipe de Renault/CHARTES venu proposer une dernière tentative à l’aide d’un outil de sa conception) hurler "JE L’AI"…….inutile de vous dire que la réinstallation dans notre MAXI 5 Turbo se fit en deux temps trois mouvements.

La bougie est remplacée, et nous filons pointer dans les temps au CH suivant.

Vous aurez remarqué que la solidarité et l’entraide est de mise entre toutes les équipes satellites de RENAULT SPORT 😜.

L’équipage FREQUELIN-TILBER accentue son avance sur les 2 MAXI, car AURIOL-OCCELLI participent bien malgré eux également au « concours » de bougies cassées.

Je revois encore les managers des 2 équipes RENAULT perchés sur le toit de nos Master d’assistance, scrutant l’horizon afin de savoir si nos MAXI 5 Turbo se déplacent à une allure normale en produisant un bruit de « 4 cylindres ».

La situation semble ne pas devoir évoluer jusqu’à ce que - en pleine ES - nous rattrapions L’OPEL qui roule au ralenti …et se jette dans le bas coté dés que nous l’approchons (merci au Grizzli…c’est la « grande classe » ).

Un palier de vilebrequin de sa MANTA 400 fait de siennes, et le combat change d’âme.

Nous prenons la tête du classement de peu devant la voiture soeur, et des recommandations de la haute direction de RENAULT SPORT, nous encourageant à rouler raisonnablement, nous sont prodiguées.

Recommandations que ni Didier, ni François n’ont envie de suivre, car pour l’un comme pour l’autre cette victoire serait très importante.

Nous gagnons (pour 20 secondes) l’épreuve devant AURIOL-OCCELLI et FREQUELIN-TILBER qui marqueront (en se trainant jusqu’à l’arrivée) des points bienvenus pour eux dans l’optique du championnat, que Guy et Christian remporteront en fin d’année.

- Le virage à fond…qui ne passe pas à fond !

JPEG - 2.6 Mo

Le nombre de jours et de kilomètres passés à écrire, puis à lire les notes dictées par le « Chat » faisait que j’étais souvent capable - avant que François ne s’exprime - de deviner le « petit nom » qu’il allait donner au prochain virage ou enchainement.

Pendant nos studieuses reconnaissances de ce nouveau rallye, mon pilote décide qu’un virage à gauche qui passe en 5éme vitesse sera « à fond »…(dans le texte GAF).

Il faut savoir que « chez nous » un virage noté "à fond" est passé « à la tôle » en toutes circonstances (sauf en cas de neige ❄︎ )…sinon il prend une autre appellation comme G140AF ou GPAF (P=presque AF)……Pour ce type de situation, les anglais utilisent volontiers FLAT LEFT maybe 👀

Je conteste l’appellation du fameux Gauche à chaque passage en recos….et le « Chat » - sûr de lui - me propose un pari  : si on passe « à fond » je devrai lui offrir une bouteille de Cheval Blanc (Grand cru classé bien connu dans le bordelais)…et s’il n’y parvient pas…..c’est lui qui me fera ce somptueux cadeau 🎁.

Vous l’aurez deviné en lisant le titre, mon valeureux pilote a levé un peu......pas beaucoup 🤪…...mais fallait pas 🧐…..et en pleine concentration, j’ai entendu dans la radio « c’est pour moi 😇 ».

Nous avons bu cette bouteille ensemble quelques temps après, pour fêter dignement notre première victoire commune 🏆.

- La moustache

JPEG - 94.5 ko

Ne me demandez pas pourquoi, mais j’avais eu l’idée me me laisser pousser la moustache en ce début d’année 85, et mon camarade pilote (ancien interne en milieu hospitalier et coutumier de bonnes blagues !) m’avait informé que cette moustache ne survivrait pas à notre prochaine victoire…ce que j’avais accepté de bonne grâce ...car cette victoire nous courrions après depuis le début de notre association.

Dés l’arrivée du Rallye du TOUQUET, je me suis vite et discrètement éclipsé dans les toilettes d’un restaurant situé à proximité, j’ai trouvé mousse et rasoir et …..suis réapparu quelques minutes plus tard sans moustache…alors que toute l’équipe était partie à ma recherche armée d’un seau d’eau et d’une paire de ciseaux 🤡.

@ suivre....

Texte :Michel PERIN
photos : archives / Michel Périn

-> Relire : Tranche de vie - mes débuts en Sport Automobile par Michel Périn
-> Relire Michel Périn : comment le TOUR AUTO a changé ma vie !
-> Relire : MAXI Anecdotes - Acte 1 - Critérium de Touraine 1985
-> Relire : MAXI Anecdotes - Périn/Chatriot - Acte 2