[Acte 1] Les Ouvreurs : travailleurs de l’ombre ! (par Michel Périn)

Quand je débute ma carrière professionnelle en 1984 aux cotés de François CHATRIOT, le recours aux ouvreurs est, à quelques exceptions près, réservé au Rallye de MONTE-CARLO du fait de ses multiples changements de météo potentiels et du rôle crucial du choix de pneus, ainsi qu’au Tour de CORSE, car parfois une semaine pouvait séparer le dernier passage en reconnaissances du passage en course.

JPEG - 137.2 ko

Les ouvreurs parcourent en éclaireurs les épreuves spéciales d’un rallye, quelques heures avant les concurrents, afin de fournir à l’équipage qui les a sollicités, les informations les plus précises sur les conditions de route. Ils jouent un rôle important dans la performance et la confiance.

De la même façon qu’un pilote n’aime pas changer de copilote tout au long de sa carrière, il apprécie travailler avec le même équipage d’ouvreurs aussi souvent que possible, car les automatismes (description de la route et des difficultés rencontrées, aide dans le choix des pneus, etc…..) ainsi que la confiance installée sont très importants pour la vitesse ainsi que la sérénité de l’équipage.

Je vais essayer de vous conter quelques anecdotes montrant (une fois encore) que le sport auto est un sport d’équipe 😜.

Acte 1 - Le Tour de CORSE 1989

Nous venons d’en finir avec la 1ère étape à BASTIA, et sommes leader au classement général sur notre performante BMW M3 Groupe A PRODRIVE ( 275CV/1000Kgs environ), devant une meute emmenée par Didier AURIOL/Bernard OCCELLI sur une LANCIA DELTA Integrale à 15’’ et Carlos SAINZ/Louis MOYA sur une TOYOTA CELICA à 2’15".

Comme les prévisions météo l’annoncent, la seconde étape BASTIA/CALVI va sonner le glas de nos espoirs de victoire.

Au petit matin du second jour, lorsque je tire les rideaux de ma chambre, la couleur du ciel, si bleu la veille, ne laisse que peu de place au doute : la journée va être difficile pour nous, face aux "4 roues motrices" de nos adversaires (LANCIA, comme TOYOTA d’ailleurs).

PNG - 320.2 ko

La matinée courue dans la célèbre « Castagniccia » voit AURIOL/OCCELLI fondre sur nous, puis nous passer, sous une succession d’averses qui prend en défaut la motricité de notre "2 roues motrices », pourtant si performante en conditions sèches ou humides !

Au regroupement de CORTE, vers midi nous sommes second à 1’08", pas encore assez loin de la LANCIA pour rompre le combat…..car le vainqueur n’est connu que sur la ligne d’arrivée, n’est ce pas 😇.

Aussi lorsque nous rejoignons le point d’assistance précédent l’ES n°18 - CORTE/TAVERNA (longue de 27 kilomètres) sous une pluie dense, le choix de pneu ne fait guère de doute…..jusqu’à l’arrivée de notre ouvreur habituel (René DEFOUR - ancien très bon pilote en formules de promotion, puis pilote PEUGEOT Sport) qui nous prend à part, et nous indique qu’ après le premier col situé au Kilomètre 3.50, la chaussée est totalement sèche (sur les 23 kms restants)….

Caramba, nous faisons préparer des slicks (PIRELLI D5) que nous montons au dernier moment !

Voilà une merveilleuse occasion de revenir dans le jeu, en comblant le retard accumulé dans la matinée, car la LANCIA de AURIOL/OCCELLI vient de descendre du cric équipée en pneus « pluie » 😳.

PNG - 424 ko

C’était sans compter l’arrivée façon « opération commando » de l’hélicoptère de l’équipe italienne, qui vient de survoler l’épreuve spéciale, et dont l’excellent team-manager Nini RUSSO sort comme un ressort, ordonnant, en italien, de monter de toute urgence des « slicks » sur ses voitures.

Voulez vous connaitre la suite ? : notre avisé ouvreur avait bien entendu raison 👍……scellant un peu plus encore la grande confiance que nous avions déjà en lui…belle aventure humaine que celle du Rallye, ne trouvez vous pas 😉.

Nous finirons ce Tour de CORSE à la seconde place, 1’57’’ derrière AURIOL/OCCELLI et 1’53" devant KANKKUNEN/PIIRONEN sur TOYOTA.

@ suivre... ... ...

Texte :Michel PERIN
photos : archives / Michel Périn

-> Relire : Tranche de vie - mes débuts en Sport Automobile par Michel Périn
-> Relire Michel Périn : comment le TOUR AUTO a changé ma vie !
-> Relire : MAXI Anecdotes - Acte 1 - Critérium de Touraine 1985
-> Relire : MAXI Anecdotes - Périn/Chatriot - Acte 2
-> Relire : MAXI Anecdotes - Périn/Chatriot - Acte 3
-> Relire : MAXI Anecdotes - Périn/Chatriot - Acte 4 et 5