La victoire pour Equipe Europe au Tour Auto !

Lors de notre précédent article sur la présentation des équipages et voitures d’Equipe Europe pour cette 29ème édition du Tour Auto, nous annoncions qu’au moins deux des équipages étaient taillés pour la victoire, l’objectif a été réalisé.

Mais avant cela, il faut dire que l’équipe a encore perdu 2 voitures avant les vérifications au Grand Palais : la Jaguar type E de Jean-Marc Merlin, ce dernier s’étant blessé la semaine précédente et la Porsche 911 Carrera 3.0L RSR de Maxime Guenat, la faute à la quatorzaine appliquée en Suisse en cas de voyage en France. Il ne restait donc plus que 3 voitures au départ.

Pour la 3ème année consécutive, c’est Raphaël Favaro qui l’emporte en Compétition VHC au volant de la Jaguar Type E de Lucien-Charles Nicolet qui le copilotait pour l’occasion. Un exploit, car changer de voiture n’est jamais évident – il a remporté les éditions précédentes au volant de sa Lotus Elan 26 R – d’autant que, comme le dit Guillaume Mahé d’Equipe Europe : « à part quelques tours de roulage à Dijon lors d’un track day et quelques kilomètres sur route autour de nos ateliers, l’expérience au volant de la voiture ne dépassait pas quelques dizaines de kilomètres » . Toutefois, dès la première spéciale disputée sur le circuit de Linas-Monthléry, il signait déjà le scratch devant les deux Cobra de Shaun Lynn et Frédéric Jousset.

JPEG - 363.4 ko

En fait, ce sont surtout les circuits que l’équipage redoutait le plus. En effet, Raphaël Favaro est sans doute plus à l’aise en spéciale que sur les circuits du Tour Auto, notamment en raison d’une moindre connaissance des pistes utilisées par rapport à des habitués comme Jean-Pierre Lajournade et Damien Kohler qui écument ces tracés depuis de nombreuses années. Guillaume Mahé poursuit : « Magny-Cours a servi à jauger le freinage de la Type E par rapport à la Lotus Elan. Raphaël a cramé les freins sur cette épreuve, mais cela a permis de situer le curseur pour les épreuves suivantes sur circuit. Le soir lors de l’arrivée d’étape à Clermont-Ferrand, nous avons purgé tout le système de freinage et nous n’avons plus eu à revenir sur ce sujet tout le long de l’épreuve. Nous avons également rencontré un souci de pompe à essence réglé également dès Magny-Cours » .

Raphaël Favaro est un garçon qui apprend vite et si le style a été moins spectaculaire qu’avec la Lotus Elan, il n’en n’a pas été moins efficace : 7 victoires en spéciales sur les 9 que comptait ce Tour Auto ! Sur les circuits, tout en attaquant, il a su rester prudent sur les conseils de l’équipe, d’autant que ceux qui ont assisté à ces épreuves ont pu constater que la bataille était très virile et donc très risquée, d’autant que comme le dit Guillaume Mahé : « Lorsque l’on pilote une voiture dont on n’est pas propriétaire, il faut doser au mieux son effort entre la performance et la nécessité de préserver au mieux la voiture. » . Le déroulement quasi limpide de ce Tour Auto pour cet équipage aura permis à Equipe Europe de tirer les enseignements et de définir les axes de développement de cette voiture pour la future édition.

JPEG - 392.4 ko

Equipe Europe gérait également une Porsche 911 2.0L louée pour l’ancien pilote de Formule 1 Thierry Boutsen. Comme pour Raphaël Favaro, c’est une chose que l’on garde à l’esprit, tout pilote que l’on est. Évidemment, les circuit ont été une formalité pour lui : « Il a atomisé sa concurrence direct sur les circuit. Cela a été plus difficile pour lui en spéciale, n’ayant participé qu’à un seul rallye dans sa carrière, il y a bien longtemps. Après s’être fait une chaleur sans conséquence en spéciale avant Limoges, il a préféré rester précautionneux le reste du rallye sur ce sujet. Mais il a adoré le Tour Auto et reviendra sans doute l’an prochain au volant d’une voiture plus grosse » nous dit Guillaume Mahé. Comme souvent avec les Porsche, il n’y a eu que de la maintenance courante à faire sur cette voiture qui termine 11ème au général pour cette première participation.

JPEG - 487.3 ko

Moins drôle, la participation de Frédéric Jousset s’est arrêtée dès le premier jour sur le circuit de Magny-Cours après un contact en piste avec la Cobra de Ludovic Caron. Si l’on pensait que les dégâts n’étaient que cosmétiques, il n’en était rien nous révèle Guillaume : « Un culbuteur a été cassé dans le choc et cela a abimé un piston, il valait mieux s’arrêter que de casser un moteur. Celui-ci est déjà en révision et sera de retour à la fin de la semaine dans les ateliers » .

Car si les équipes présentes sur le Tour Auto ont eu droit à quelques jours de repos bien mérités, l’atelier s’active en prévision de Monza Historic qui aura lieu dans 10 jours où Equipe Europe présentera pas moins de 17 voitures sur quasi tous les plateaux de ce meeting by Peter Auto.

Texte : NewsClassicRacing - © Photos : PhotoClassicRacing.com
-> Tout le Tour Auto 2020

www.equipeeurope.com
-> Les suivre sur Facebook


Relire :

-> Tour Auto Optic 2000 :Objectif Tour Auto pour Equipe Europe
-> Dix Mille Tours : Retour gagnant pour Equipe Europe


 

Portfolio