La 2e Montée Historique de Forêt-Trooz : tout simplement parfait

Tony Kevers (Golf II) défait François de Spa (Escort MK1) et Geoffrey Leyon (911) !

JPEG - 127 ko

Organisée pour la deuxième fois par l’Ecurie du Maquisard, la Montée Historique de Forêt-Trooz a fait le plein de concurrents (ils étaient 96 officiellement inscrits) et de spectateurs sous un soleil printanier ce dimanche 18 mai. Entre 9h00 et 16h30, chacun a pu s’en donner à coeur joie sur un parcours à l’asphalte tout simplement parfait, pour le plaisir du pilotage et du spectacle, sans aucune notion de chronométrage. L’occasion pour les suiveurs d’apprécier des bolides parfois étonnants, à l’image de la Triumph TR3A de Henri Morainville, l’Opel Rekord de Didier Greif, l’Alpine A110 Gr.4 ex-Aseptogyl du Français Joël Favé-Lesage, la Ford… Taunus du jeune Jordan Gulpen, la méconnue Sylva Striker de Pierre Haverland, la démentielle Fiat 126 à mécanique de moto (Honda CBR) de Kevin Falzone, sans oublier la sympathique gang des NSU TT.

JPEG - 97.1 ko
François De Spa

Au cours de cette journée plus conviviale que jamais, deux concurrents s’offraient de belles frayeurs : la Honda CRX de Nicolas Willocq percutait des piquets empêchant toute ‘maxi corde’ dans certains virages, de quoi modifier le look de la nipponne, tandis que Nathan Giozzet avait la désagréable surprise de voir son Opel Kadett… prendre feu au niveau du compartiment moteur dans la file avant le départ, incendie rapidement maîtrisé par un autre concurrent, heureusement…

Kevers toujours vert

Mais ce que tous les inconditionnels de ce très officieux ‘championnat du monde des gars de la région’ attendaient, c’était bien sûr la Montée en Or, course à l’américaine réunissant une quinzaine de concurrents bien décidés à titiller du chronomètre en début de soirée. Dès la première montée, François De Spa (Ford Escort RS1600 MK1) donnait le ton en signant le meilleur chrono (1’21’’043 corrigé), avant d’encore hausser le ton lors de la Super Finale (1’19’’737) !

JPEG - 115.9 ko

De Spa devenait dès lors le grand favori du Final Three… Déboulant à l’entrée du village de Forêt, au terme d’un effort de 2350 mètres, le pilote de l’Escort était sceptique… « J’ai loupé une vitesse dans une épingle, ce qui m’a fait perdre du temps, expliquait François. On verra si les autres auront pu en profiter.’’

Au terme de la Super Finale, ils étaient en fait encore deux à pouvoir empêcher De Spa de s’imposer : Tony Kevers et sa redoutable VW Golf II, peu servie par son coefficient d’âge, et Geoffrey Leyon, le lauréat de 2013 sur sa désormais bien connue Porsche 911 jaune. Après avoir rencontré un souci technique peu avant le départ, Kevers se lançait pour une ultime montée d’anthologie. A 64 ans, le gaillard sait y faire, et sa monture, préparée dans les ateliers de Jean-Marie Dehaye, affiche un potentiel qui reste étonnant. Résultat : un chrono de 1’18’’981 corrigé à 1’19’’692, et un nouveau succès absolu, pour 2 dixièmes de seconde !

JPEG - 101.1 ko

Geoffrey Leyon donnait le maximum sur sa Porsche, mais échouait en 1’22’’674. « Je pense sincèrement que je ne pouvais pas aller plus vite, commentait Tony Kevers en s’extrayant de l’habitacle de la Golf #75, et je dois remercier mon préparateur Jean-Marie Dehaye, qui a encore réalisé des miracles, car après les premières montées, l’auto n’était pas au mieux, et j’ai failli tout remballer…’’ Derrière le trio Kevers-De Spa-Leyon, Jean-Pierre Van de Wauwer a sans doute manqué de puissance au volant de sa Lancia Beta Monte-Carlo, tout comme Christophe Le Nouvel, d’ailleurs, dont la Citroën AX issue du championnat de Belgique de courses de côte en a épaté plus d’un. Mais un 1500cc reste un 1500cc, et Le Nouvel échouait en 1’24’’808 (corrigé), se consolant avec la victoire en Classe B. Le top 10 accueillait encore Johnny Delhez (Ford Escort RS2000 MK1), dont la concession Ford de Trooz a servi de QG à l’épreuve, Romain Delhez (Opel Ascona A à boîte séquentielle engagée en Classe S/R), Patrick Albert (Porsche 911), Christophe Bouille (VW Polo G40) et Patrick Driesen (Opel Ascona B). Mentions spéciales pour Michel Closjans, dont la Porsche 356 Pré-A reste un modèle d’esthétique, et Bernard Cornet, dont la rugissante VW Cox a malheureusement été victime de sa mécanique dès les premiers mètres de la Montée en Or.

JPEG - 97.1 ko

Comme le veut la tradition, plusieurs prix ont été remis au terme de cette Montée Historique de Forêt-Trooz. Jean-Yves Dauchat a ainsi hérité du titre hautement convoité de ‘Roi de l’Escort’ sur sa MK1, précédant à l’applaudimètre François De Spa et Jean-François Tapai. Le Prix du Spectacle est revenu à Romain Delhez, qui a fait virevolter l’Opel Ascona A paternelle, au point de devancer Jean-Louis Parotte (Toyota Corolla) et Cédric Fitas (Opel Kadett).
Parmi les nouveautés de cette deuxième édition de Forêt-Trooz en version Montée Historique, on relevait le trophée du plus beau roadster, décerné logiquement à la Triumph TR3A de Henri Morainville, et celui de la voiture la plus en phase avec l’esprit de l’Ecurie du Maquisard, la Renault 5 Alpine Gr.2 de Dominique Ancion, qui possède un véritable pedigree en compétition, principalement en France.

JPEG - 104.9 ko

Au terme de cette journée exceptionnelle, l’Ecurie du Maquisard et son Président Robert Vandevorst fixent rendez-vous à tous les fans de Montées Historiques au pied de la côte du Maquisard, aux portes de Spa, le vendredi 15 août Une épreuve qui se déroulera à coup sûr à guichets fermés pour ce qui est du nombre de concurrents admis au départ…

-> Le classement 2014

Texte et photos : organisation

-> revivre l’édition précédente

 

Documents joints

 Classement 2014 (PDF - 486 ko)