L’Andorre, pays des courses de montagne

JPEG - 17.1 ko

L’annulation il y a déjà quelques semaines de celle qui aurait été la troisième édition de la Pujada a Arinsal (mesure adoptée principalement en raison de l’incertitude concernant les championnats de France de sport automobile de montagne, pour lesquels la course comptabilise), laisse l’Andorre sans épreuve dans cette spécialité pour cette saison. La course était prévue pour le weekend prochain, les 13 et 14 juin 2020, mais elle a été reportée en 2021.

Un peu d’histoire

Les courses de montagne, profondément andorranes

JPEG - 152.6 ko

Après qu’ait été disputée en Andorre la dernière course de vitesse pure de montagne, au Col d’Ordino, en 2009, ACA Esport, la division sportive de l’Automòbil Club d’Andorra, s’est proposé de faire revenir au pays cette spécialité profondément andoranne. L’évènement se produisit en 2015 avec l’organisation de la Pujada Ordino-Arcalís, comptabilisant pour les championnats d’Espagne et de Catalogne, une étape préalable avant de faire partie du Championnat de France, fait qui eut lieu un an plus tard, en 2016, et qui continue à ce jour avec la Pujada a Arinsal. Mais le retour de la compétition internationale de montagne en Andorre n’est pas un évènement ponctuel. La principauté conserve une histoire très importante, marquée par les différentes éditions au cours desquelles le Championnat d’Europe visita le pays.

L’Andorre a vécu de grandes pages sur le chemin de ce type de compétition, celles-ci sont aujourd’hui rééditées. Presque toutes les routes du pays ont servi à un moment donné de leur histoire pour chronométrer des courses automobiles, pour des rallyes ou des courses de montagne : Engolasters, La Massana, La Comella, Erts-Pal, Coll de la Gallina, Prats, Els Cortals d’Encamp, La Rabassa, Anyós-L’Aldosa, Aixovall-Bixessarri, Fontaneda-Coll de Jou, Canillo, Ordino, Coll de la Botella et, parmi toutes celles-ci, une course emblématique instituée dans les années 60 et 70, des années riches en courses pour l’Andorre : la course de côte à Port d’Envalira, une compétition qui se faisait début janvier et de nuit, ce qui garantissait une grande quantité de neige et toute la magie de l’obscurité pour voir progresser les véhicules sur une section habituelle dans les rallyes de cette époque, et connue comme Fra Miquel.

JPEG - 164.1 ko

Quoi qu’il en soit, cette intense activité dans l’organisation de chronométrées de montagne (on parvint même à réaliser une demi-douzaine par saison) connut une référence importante : le 12 octobre 1975, lorsque se déroula la I Pujada Internacional d’Andorra (Première Course de côte Internationale d’Andorre), sur la route de Pal au Coll de la Botella, s’agissant là presque d’un essai général pour ce qui arriverait un an plus tard, avec celle qui serait la première course comptabilisant pour le Championnat d’Europe de la spécialité. Pour cette année 1975 ce fut un double Champion d’Europe qui remporta entièrement la montée, le Français Jimmy Mieusset (March 742-BMW F-2), suivi par Roger Rivoire (Chevron B25-Ford F-2) et par Eugenio Baturone (Brabham BT40-Ford F-2), premier Espagnol. En quatrième position se classa Miquel Brunells (Lola T290-Ford), suivi par les deux premiers Andorrans : Joan Vinyes Casanovas (Martini Mk12-Seat F-1800) et Joan Aleix (Porsche Carrera RS).

Un an plus tard, le 29 août 1976, fut disputée la II Pujada Internacional d’Andorra-Coll de la Botella, cette dernière comptabilisant déjà pour le Championnat d’Europe. La compétition fut dominée par la grande figure européenne du moment, l’italien Mauro Nesti (Lola T294-BMW), après un weekend pluvieux ayant rendu la course très difficile. Sur le podium, le Champion d’Europe battit Marc Montmayeur et Pierre Maublanc, tous les deux avec leur March 762-BMW F-2. Les six premières places furent occupées par les plus grands spécialistes européens, le premier Espagnol occupant la 7ème position, Eugenio Baturone (Brabham BT40-Ford F-2) à nouveau, tandis que le premier Andorrans (10º absolu) fut Antoni Puigdellívol (Lola T294-Chrysler Roc).

JPEG - 200.2 ko

En 1977, l’Européen de montagne vint en Andorre accompagné une nouvelle fois par un engagement important et qualifié et par des pluies intenses. Lors de la III Pujada Internacional d’Andorra-Coll de la Botella, qui se déroula le 31 juillet, Mauro Nesti (Lola T296-BMW) remporta la seconde victoire consécutive, juste devant Eugenio Baturone (Brabham BT40-Ford F-2) et Marc Montmayeur (March 762-BMW F-2). L’Allemand Rolf Göring (Porsche Carrera RSR) était quatrième et premier parmi les non monoplaces, Carles Santacreu (Porsche Carrera RS) étant le meilleur pilote local bien qu’en 17º position.

Ce furent trois années intenses, avec un spectacle plus que grandiose et avec des pilotes et des véhicules de premier ordre, mais le championnat européen de courses de montagne aura dû attendre plus de quinze ans avant d’être à nouveau vu dans la principauté. Ce fut le 30 mai 1993 lorsque revint le plus grand spectacle des courses de montagne avec la III Pujada Internacional Valls d’Andorra-Canillo (qui fut déplacée et les éditions furent par ailleurs renumérotées). Une nouvelle génération de pilotes était au grand rendez-vous, avec un nombre élevé aussi bien en quantité (plus de 100 participants) qu’en qualité (presque 25 barquettes et monoplaces). Le Basque Andrés Vilariño (Lola T298-BMW), à l’époque champion européen en titre, remporta une large victoire, avec le Français Bernard Chambérod (Toj SC206-BMW), deuxième et l’Allemand Horst Fendrich (Martini Mk69-BMW F-2), troisième. En quatrième place, à un peu plus d’une demi-seconde du podium, l’Andorrans Joan Vinyes Dabad (Osella PA9-BMW).

JPEG - 157.9 ko

La IV Pujada Internacional Valls d’Andorra-Canillo du Championnat d’Europe se déroula le 5 juin 1994 et l’Allemand Horst Fendrich (Martini Mk69-BMW F-2) en sortit vainqueur, suivi par le Navarrais (né au Méxique) Pantxo Egozkue (Osella PA9-BMW), qui en fin d’année serait proclamé au titre de Champion d’Europe (dernier pilote espagnol à l’obtenir) et d’Espagne, et en troisième position, le premier pilote local, Joan Vinyes Dabad (Osella PA9-BMW). Après cette année-là, les grandes courses de montagne de la principauté disparaitront à nouveau. En revanche, pas l’activité de compétition, mais avec les épreuves catalane et andorrane de comptage des points qui ont tout de même réuni de splendides engagements.

Tous les grands pilotes andorrans se sont illustrés lors des courses de montagne, plus particulièrement la famille Joan Vinyes (père et fils), des pilotes qui ont obtenu d’importants résultats dans cette spécialité, mais aussi Gerard de la Casa, Antoni Puigdellívol, les frères Ramon et Josep March, Nati Dabad, Carles Santacreu, Claude Darné, Isidre Garriga, Joan Aleix, Joan Montes, Bonaventura Riberaygua et ses fils Turi et Toni, Carles Puig et bien d’autres encore parmi lesquels peuvent être mentionnés des noms importants comme Arajol, Micó, Cerqueda, Casal, Mas, Recasens, etc.

JPEG - 198.2 ko
JPEG - 260.6 ko
JPEG - 174.7 ko

Photos : Les Vinyes-Dabad, une famille qui a marqué l’histoire de la compétition. À gauche, Joan Vinyes Casanovas (Martini Mk12 F1800) et à droite, Joan Vinyes Dabad (Osella PA9-BMW). Sur la photo du milieu, père et fils avec la maman, Nati Dabad, lors de la Pujada Internacional d¹Andorra-Coll de la Botella en 1976 (Jordi Brú)

Ordino-Arcalis, Arinsal

Avec la première édition de la Pujada Ordino-Arcalís, disputée en 2005, la montagne est revenue en Andorre avec le comptage des points pour les Championnats d’Espagne et de Catalogne dans la spécialité, amorçant ainsi la troisième grande époque de la montagne et ce, avec les meilleurs pilotes et véhicules d’Espagne, de Catalogne et d’Andorre. En tout cas, l’objectif était le comptage des points pour le Championnat de France qui fut obtenu un an plus tard, en 2016, parallèlement aux championnats cités précédemment. Tout cela fait que les Français, rapides et bien équipés, soient depuis cette année-là les grands dominants de la course andorrane, ayant comme cadre la Pujada a Arinsal depuis 2018.

Au cours de ces cinq années de montagne de nouvelle génération, les trois courses d’Ordino-Arcalís ont été remportées en classement absolu par Javier Villa (BRC B-49/2015), David Guillaumard (Dallara F309-Mercedes/2016) et Dimitri Pereira (Norma M20F/2017). Les deux montées à Arinsal disputées jusqu’à cette année, à savoir celles de 2018 et 2019, furent remportées par Jérémy Debels (Osella PA21S-BMW). Une fois passée la pause obligée par la pandémie mondiale de 2020, le moment sera venu pour qu’en 2021, une nouvelle édition de la Pujada a Arinsal revienne en force. Celle-ci sera disputée sur le tracé sélectif de la route CS-520 menant à la station de ski Vallnord Pal-Arinsal, avec le soutien de cette station et de la Comú de La Massana.

JPEG - 189.2 ko
JPEG - 124.2 ko
JPEG - 173.9 ko

Photos : Joan Aleix (Porsche Carrera RS), 1976 • Josep March, Gil Torres (président de l’ACA) et Antoni Puigdellívol, 1970 • Ramon March (BMW 2002 Ti), 1975

Le sport automobile suit son cours

Les deux autres compétitions sur route programmées par ACA Esport en 2020 suivent leur cours et il est prévu qu’elles puissent être organisées sans problème aux dates déjà annoncées, c’est le cas du Ral·li d’Andorra Històricles 26 et 27 septembre et de l’Andorra Winter Rally, le dimanche 20 décembre. Les deux épreuves sont réservées aux véhicules classiques et historiques, qui s’inscrivent tous dans la catégorie régularité et sur route fermée.

Plus d’informations sur : www.pujadaandorra.com


JPEG - 17.1 ko

contact : Automobile Club d’Andorre

Texte : JAS Info Service

Photos : Josep Maria Montaner, Pere Nubiola, Jordi Brú, Ignacio Par, Francesc Pino, Jordi Viñals, José Luis Cortijos et Fichiers ACA et JAS Info Service


 

Portfolio