XL Formula : Dijon en privé !

Dijon Motors Cup - 12 et 13 Juillet 2013

Après Imola dans un environnement très international, la XL Formula se produisait à Dijon dans un meeting privatisé et exclusif, en présence de Championnats anglais. Format resserré sur deux jours, pas de spectateurs, nous étions entre vrais passionnés sans trublions extérieurs.

PNG - 68.9 ko

Le plateau annoncé à 12 voitures, se réduisait un peu au fil des jours : Patrick d’Aubreby n’avait pas reçu les pièces pour sa Benetton. Et la Jordan de Didier Sirgue non plus ne pouvait être prête dans les temps. En revanche la belle GP2 aux couleurs Lotus de David Moretti était bien là dans le box de Griffith et la WS Nissan de Pe-ter refaite avec un soin incroyable par Rodrigue était dans le box du Team Kennol.
L’autre nouveauté était la Reynard de Patrick Morrissey. Cette auto est la concrétisation d’une aventure qui mérite d’être rappelée. Patrick s’est lancé le défi de démontrer qu’il est possible de faire rouler, sans aide extérieure, une voiture économique. Après avoir contacté le monde entier par mail, il a fixé son choix sur une Formule Holden dont le moteur, la boite et tous les accessoires se trouvent partout sans grande difficulté. Ensuite il a été fouiné dans plusieurs officines aux USA et en a ramené deux Reynard, une complète et une autre en pièces. C’était sa première sortie. Bien sûr il ne compte pas jouer les premiers rôles ni devancer de vraies F3000, mais il est là. Avec deux fois moins de puissance qu’une GP2, il regardera bien dans ses rétros.

Dijon avec une longue ligne droite et des grandes courbes est un régal pour les voitures puissantes. Mais c’est un régal très exigeant pour les pilotes qui doivent lutter contre les G, ces grimlins qui tiraillent le cou, les entrailles et les biceps. Il faut assurément une bonne forme physique pour tenir jusqu’au drapeau à damier sans baisser son rythme. Il fallait voir les pilotes sortir épuisés des voitures. Seul le bien entrainé Philippe Haezebrouck prétendait qu’il repartirait volontiers pour un autre run maintenant qu’il était échauffé… mais son visage ruisselant contredisait légèrement ses propos…

PNG - 445 ko

Essais privés :

Morrissey doit régler un problème de pneus car Avon a « oublié » d’apporter les pneus commandés. Il ne peut donc participer à ces essais privés. Tavares ne fait qu’un petit tour. Son moteur qui avait chauffé à Imola avait été sérieusement contrôlé et avec l’aval du motoriste, son équipe pensait que tout était en ordre. Que non ! Un tour et le joint de culasse ne résistait pas. Carlos trouvera une solution de rechange en se rabattant sur la F3000 de réserve que Mangini avait eu la bonne idée d’amener.
La WS Nissan de Peter prend feu ! Une partie du fond plat frotte et à cette vitesse cela se transforme en un in-cendie qui grille tout le faisceau électrique. L’équipe se met au travail, désaccouple la boite avec l’espoir d’être prêt pour la course.

Essais qualif :

La GP2 de Moretti s’immobilise après trois tours, ca cafouille du coté du moteur… Après une séance endiablée, Philippe Bourgois fait la pôle 5 centièmes devant Philippe Haezebrouck. Le reste de la grille est sans surprise avec dans l’ordre Vallery-Masson sur son F. Indy (malgré la rupture de son amortisseur), Moretti, puis les F3000 de Mangini et de Tavares qui se met en main une voiture qu’il découvre. Il la trouve particulièrement bien équili-brée, efficace et facile. Morrissey est prudent et patient avec sa Reynard qui « rend » 350 cv aux GP2…

Course 1 / Samedi

PNG - 397.9 ko

Prégrille devant les stands. Les autos s’élancent mais pas celle de Morrissey dont le coupe-batterie est resté ouvert. Il doit ressortir de son baquet, le réenclencher. Il partira des stands alors que le deuxième tour est déjà effectué. Au feu vert Haezebrouck prend le meilleur mais Bourgois plonge à l’intérieur au premier droite pour coiffer son team-mate. Les deux leaders sont déjà bien chauds et une course d’enfer s’annonce. Les deux GP2 de Signature font le show. Elles tournent au même rythme à quelques centièmes l’une de l’autre. Pendant deux ou trois tours on imagine que la F. Indy de Vallery-Masson va pouvoir suivre mais à plus de 300km/h avec un train arrière bondis-sant le pilotage de ce monstre est « exigeant », et la fatigue freine Laurent. D’ailleurs il réalise son meilleur temps au cinquième tour alors que Bourgois et Haezebrouck, dans leur lutte, améliorent leurs temps jusqu’au dernier pas-sage.
Tavares est bien parti mais Mangini prend le dessus dans la sister-car qu’il connaît sur le bout des doigts. Moretti, lui, fait 4 tours encore victime de son moteur.
Morrissey va son chemin. Il vire large à la cuvette ce que le Directeur de Course sanctionne immédiatement par un avertissement (le fameux drapeau noir et blanc). Patrick comprend mal et passe aux stands croyant à un Stop and Go. Son calvaire n’est pas fini car en reprenant la piste il chevauche la ligne blanche ! Cette fois le voici condamné à un drive through. Plus embêtant, soudain il chauffe : la courroie de pompe à eau a cassé La courroie entrainant aussi la pompe à huile, quels seront les dégâts ?

Victoire de Haezebrouck devant Bourgois

Course 2 / Dimanche

PNG - 331.9 ko

Peter qui rêvait encore d’être prêt dans les temps pour disputer au moins une manche doit finalement renoncer bien que ses mécanos aient travaillé une partie de la nuit…plusieurs composants électroniques sont endommagés et ne peuvent être remplacés. Moretti est gonflé et envisage d’oublier ses précédents déboires… Il fera 5 tours ! Pas de quoi être satisfait de son week-end.
Allons-nous revivre le même scénario que lors de la course 1 ? En partie seulement. Les coéquipiers de Signature dominent. Mais dans leur lutte les bordures sont un peu oubliées. Le Directeur de Course qui avait prévenu, passe un avertissement. Puis Haezebrouck se voit infliger un drive trough. La course est jouée. Bourgois est seul en tête. Il baisse même un peu son rythme. A l’inverse Philippe H. repartit derrière Vallery-Masson entend bien remonter. Il lui faudra plusieurs tours pour revenir puis doubler Vallery-Masson qui croyait fort à la deuxième place. Mais si la puissance de la F. Indy G-Force s’exprime en ligne droite, son manque d’agilité la handicape à la parabolique et dans toute la section qui suit. C’est alors que les deux amis déboulent cote-cote mais le moteur Chevrolet hoquète… Plus assez d’essence ! Avec plus de 90 litres au départ….

PNG - 303.7 ko

C’était juste pour 20 mn de course ! Laurent devra adopter un rythme de sénateur pour couvrir les 2 derniers tours, et la GP2 s’envole vers la deuxième marche du podium. Mangini plus incisif qu’en course 1 gagne le classement des F3000 et colle presque six secondes à Tava-res. Carlos s’est amusé et ramène la voiture de son ami italien intacte – c’était aussi son objectif !

Le classement final couronne Bourgois devant Haezebrouck, Vallery-Masson, Mangini et Tavares. -> Tous les classements du WE

Rendez-vous le 1 Septembre au Castellet avec un nouveau défi : qui passera Signes à plus de 300 km/h ?


PNG - 22.7 ko

Calendrier 2013

- 30 mars-1er avril : Nogaro (F)
- 18-19 mai : Imola (I)
- 12-14 juillet : Dijon (F)
- 30 août-1er septembre : Le Castellet (F)
- 20-22 septembre : Spa (B)
- 11-13 octobre : Magny-Cours (F)


Texte et photos : organisation

 

Documents joints

 Résultats Dijon (PDF - 466.8 ko)