Tour de Corse Historique 2015 : préparez vos montures

Certes le mois d’Octobre et le prochain Oscaro-Tour de Corse Historique semblent encore bien loin...mais histoire de vous mettre l’eau à la bouche, on vous dévoile son parcours, renouvelé à 75%, ainsi que les premières décisions importantes qui ont été prises

JPEG - 44.1 ko

Premier point, retenez bien les dates du prochain Oscaro-Tour de Corse Historique, quinzième du nom : du lundi 5 au samedi 10 octobre prochain. Réservez bien cette semaine de compétition sur vos agendas respectifs.

On vous avait prévenu à l’issue de l’édition 2014, Porto-Vecchio sera de nouveau le centre névralgique de l’épreuve. On ne change évidemment pas ce qui a suscité tant d’enthousiasme l’an passé. Et soyez sûr que pour l’édition 2015, tout est mis en oeuvre pour que la fête soit encore plus belle, du côté de l’organisation comme de la municipalité de la célèbre « Citée du sel ». Porto-Vecchio sera donc la ville de départ et d’arrivée de l’épreuve.

JPEG - 213.9 ko
VAISON 1er VHC 2014

D’ailleurs, si l’on regarde rapidement le parcours, on pourrait penser que ce dernier n’a guère évolué dans la mesure où les villes étapes, outre Porto-Vecchio, sont de nouveau Porticcio, Porto et Ile Rousse. Mais là s’arrêtent les similitudes car en lui même, le parcours sera renouvelé à 75% ! Sur les 370 km chronométrés que compte cette édition 2015, 275 km sont totalement nouveaux par rapport au parcours de l’an passé. Au terme des habituelles vérifications administratives et techniques, les hostilités débuteront, comme l’an passé par une boucle Porto-Vecchio/Porto-Vecchio, disputée sur les premiers reliefs, avec en principe deux épreuves au programme : une première (Col de Pelza) identique à celle de l’an passé et une seconde inédite (30 km !), même si elle emprunte de nouveau le fameux col de Bacinu. Un premier juge de paix qui pourra créer les premiers écarts conséquents. Il se pourrait bien que cette première journée de course se dote d’une troisième épreuve, courte mais qui si elle voit le jour, restera dans les mémoires. Mais chut, je ne vous ai vraiment rien dit, d’autant que tous les feux ne sont pas encore au vert…

SUR LES TRACES DE L’HISTOIRE !

PNG - 203 ko

La seconde étape, au départ de Porto-Vecchio mettra le cap vers Porticcio, à quelques kilomètres d’Ajaccio. Toute la journée, les équipages évolueront sur les traces de l’histoire du Tour de Corse avec des lieux, Martini, Fozzano, Aullène, Zerubia, Agosta-Plage qui réveillent bien des souvenirs et bien des images chez ceux qui pouvaient suivre l’épreuve par le passé. Rien que d’évoquer ces lieux et l’on revoit défiler dans la tête les glissades des Alpine, Fiat 131 Abarth, Lancia Stratos, Renault 5 Turbo et autres Lancia 037, des Thérier, Nicolas, Ragnotti, Andruet, Darniche, Röhrl, Alén. Repos bien mérité à Porticcio, pour les équipages comme pour les mécaniques (3 heures d’assistance à chaque arrivée d’étape !).

Le lendemain, le Tour mettra une fois encore le cap au nord, vers Porto, une étape incontournable que chacun attend avec impatience chaque année. Une vraie carte postale aux couleurs et aux reliefs hallucinants. Mais avant de toucher au but et de s’installer en terrasse face à la mer, il faudra en découdre avec les difficultés du jour. Quatre épreuves chronométrées dont les deux premières, avant le regroupement de Vico, sont nouvelles.

UNE ÉTAPE TRÈS MUSCLÉE…

PNG - 183.6 ko

La réputation du Tour de Corse a toujours découlé de la difficulté de son parcours, du rythme difficile souvent imposé. Voir des étapes dépassant les 100 km était légion par le passé. En 1975, le premier chrono dépassait les…150 km ! Il n’est évidemment pas question d’appliquer cette recette légendaire à nos mécaniques d’âge respectable mais cette quatrième journée de compétition s’en inspire. Trois épreuves chronométrées, seulement, au programme mais excusez du peu : une première épreuve afin d’échauffer le pied droit, un regroupement à Ponte- Leccia avant de hausser le ton. La seconde épreuve (Novella/Lozari) totalise en effet…50 km et, pour bien corser la journée, dans la foulée, l’épreuve suivante bien connue (Notre-Dame de la Serra), elle, en avoue encore trente ! Ensuite seulement, on pourra se laisser glisser jusqu’à Ile-Rousse pour la fin d’étape.

Pour la dernière étape et le retour vers Porto-Vecchio pour l’arrivée, il faudra en découdre avec les tracés tortueux et étroits réservés par la Castagniccia. Passage obligé par La Porta, regroupement à Aleria et seulement à partir de ce moment, on pourra songer à une arrivée festive.

UN VHRS REVALORISÉ

JPEG - 282.6 ko
BAILLET 1er VHRS 2014

Vous le savez tous, l’Oscaro- Tour de Corse Historique peut-être disputé de deux façons. En compétition pure et dure (VHC) et en VHRS (Régularité) que nous avons défini de plus en plus sportivement ces dernières éditions. Précisons par exemple que le Tour de Corse Historique est la seule compétition en régularité à se disputer sur des routes fermées et sécurisées ! Et cette compétition en VHRS a bien récompensé nos options en nous offrant, depuis quelques temps, une course de toute beauté, indécise jusqu’au bout avec des écarts très faibles. Pour la beauté du sport. C’est un premier point très positif qui nous ravit au plus haut point et il convient de féliciter tous les équipages, souvent venus de très loin comme nos nombreux amis norvégiens. Le second point positif est la constitution d’un plateau vraiment très varié et alléchant. Des voitures, souvent insolites et de toutes les époques, préparées avec beaucoup de soins, se côtoient avec bonheur. L’an passé des Dauphine 1093, des Ford Anglia, des Austin Healey, des Volvo PV544, des Lancia Flavia, des Cortina Lotus et autres merveilles rivalisaient d’égal à égal avec des valeurs bien établies comme les Porsche 911. Pour 2015, nous allons continuer dans le sens de la sportivité. La course en VHRS possèdera son propre directeur de course, sa propre « relation concurrent » et avec l’aide de nos amis de Tripy, nous allons faire tous les efforts nécessaires afin de mieux communiquer en se montrant plus réactifs afin de faire intensément vivre la course auprès du public qui parfois perçoit mal les subtilités de la régularité. Dès lors, vous n’avez plus aucune excuse : affûtez vos voitures, la course promet d’être très belle et intense !

Cliquez !

Texte : JBCOM 92 /ALAIN BERNARDET
photos : Organisation

-> Toute l’édition 2015... et précédentes