Le 18e Monte-Carlo Historique au volant d’une TRABANT...il fallait oser !

Au volant d’une TRABANT, il fallait oser, c’est magnifiquement réussi !

L’aventure du 18e Rallye Monte-Carlo Historique de Jean-Maurice et Christian Duhaut est certainement due à une réflexion de Thomas (le fils du second nommé) faisant allusion à la passion commune et aux âges respectifs de son oncle et de son père.

JPEG - 292.9 ko
Départ de Reims

« Pour l’entame de votre prochaine décennie, vous devriez faire quelque chose en commun », avait-il lancé. « Ça vous dirait de participer au Monte-Carlo Historique 2015 ? », poursuivait-il avec un brin d’ironie. Et c’est ainsi que la suggestion qui date de février 2014 a commencé à germer tant à Marck qu’à Blériot-Plage.

Prenant quelques renseignements auprès d’officiels avertis comme le président régional Alain Lheureux, les deux frères voulaient en savoir davantage sur la liste des voitures éligibles pour l’épreuve monégasque. « Hors de question pour la participation d’un coupé CG, cette voiture, dans sa version d’origine, n’ayant jamais participé à un rallye de Monte-Carlo entre 1955 et 1980 », leur avait-on annoncé à l’Automobile Club de Monaco. La voiture habituelle de Jean-Maurice resterait donc dans le garage familial, à Marck, et serait privée d’une descente vers Monaco. « Restait encore la possibilité de nous inscrire avec une Porsche 911 », se souvient Jean-Maurice, « mais elle était de 1989, donc trop récente ».

Une voiture originale

JPEG - 330.2 ko
Vaillante la petite Trabant

L’idée d’une Trabant est finalement venue du fils, Philippe, qui ne passe pas inaperçu au volant de son break venu d’Allemagne de l’Est. Les organisateurs monégasques paraissaient enthousiasmés par la demande d’inscription d’une P 601 et favorables à cette participation au 18e M-C Historique puisqu’un équipage féminin avait bien participé au rallye avec un tel modèle.
Plus question, donc, de stopper le projet ! Les travaux de recherche d’éléments mécaniques et électriques (il fallait bien équiper la voiture en 12 volts avec un alternateur plutôt qu’une dynamo en 6 volts pour alimenter l’indispensable batterie de phares supplémentaires) se lancent naturellement, les infos sur internet permettant d’avancer dans la préparation et, de toutes façons, dès le premier jour des inscriptions (fin août 2014), l’engagement sera envoyé aux services de l’Automobile Club de Monaco. (en savoir plus)

Nous avons suffisamment développé le sujet pour que tous nos fidèles lecteurs connaissent parfaitement la suite des événements. Six mois de préparation quotidienne auront été nécessaires à la reconstruction (le mot n’est pas trop fort !) de cette voiture qui a fait l’admiration de bon nombre de passionnés avant son départ, le 30 janvier dernier, vers la capitale des Sacres avant de se lancer à l’assaut du Rocher monégasque.

JPEG - 349 ko
La Trabant au passage final sur le podium d’arrivée à Monaco

La coupe de la Commission Historique

Les différentes étapes de ce 18e rallye Monte-Carlo Historique ont été régulièrement relatées dans nos colonnes ; reste, pour terminer ce brillant épisode des deux ambassadeurs régionaux dans la Principauté monégasque, à préciser quelques éléments de la somptueuse soirée de gala organisée dans la salle des Etoiles du Sporting de Monaco où la primeur des applaudissements était réservée au premier équipage féminin constitué des allemandes Steffi Edelhoff et Birgit Binder (Ford Escort RS 2000 de 1973).
Ce fut ensuite le tour du premier équipage monégasque de monter sur la scène de cette magnifique salle. Des ovations méritées s’adressaient alors à Daniel Eléna et Olivier Campana qui terminent septièmes du classement général sur une Golf GTI de 1979. Après ces distinctions et la mise à l’honneur des premiers des quatre catégories de voitures, la proclamation du podium 2015 était très attendue :
1.Piero Zanchi – Giovanni Agnese (Golf GTI de 1978)
2.Raymond Durand – Sébastien Chol (Opel Kadett GT/E de 1977)
3.Ernst Juentgen – Marcus Mueller (DKW F12 de 1964) Il est à noter que cet équipage danois qui termine sur la troisième marche du podium avait déjà remporté l’épreuve monégasque en 2000 avec une Mercédès 300 SE de 1961.
Parmi les nominés de l’édition 2015, Jean-Maurice et Christian Duhaut ont été appelés sur la scène du Sporting de Monaco sous les applaudissements des équipages concurrents qui, d’ailleurs, s’étaient déjà manifestés à plusieurs reprises les félicitant pour leur exploit à rivaliser outrageusement avec les voitures puissantes malgré les 26 chevaux de leur petite « machine à laver ».

JPEG - 1.2 Mo
Coupes et félicitations de la part de Nathalie Verdino de l’A.C.M

Et c’est la coupe de la Commission Historique de l’Automobile Club de Monaco, témoignage de la superbe performance réalisée tant sur le parcours routier, effectué sans aucune pénalité, que lors des zones de régularité où il fallait composer avec les dénivelés importants des Alpes Maritimes ou de Haute Provence, qui leur a été attribuée par les responsables de l’A.C.M. « Vous terminez 173e sur 317 inscrits au classement général avec cette petite Trabant... Qu’en pensent les quatre-vingts équipages classés et la cinquantaine d’abandons qui terminent derrière vous ? », interrogeait avec ironie un ami resté dans le nord mais accroché aux résultats diffusés en live sur le site monégasque. Dernière précision, et non des moindres, les frères Duhaut s’adjugent aussi la dixième place dans la catégorie « Moyenne Basse » dans laquelle étaient engagés vingt-deux équipages.

Le pari un peu fou de lancer leur petite Trabant à l’assaut du Rocher monégasque est donc totalement réussi. Jean-Maurice et Christian peuvent désormais dresser un bilan très positif de cette aventure qui pourrait bien être à nouveau envisagée pour 2016 à moins qu’un autre projet ne les motive …

Texte et photos : Christian DUHAUT - www.calaisautoracing.fr
et www.photoclassicracing.com

-> Tout 2015... et les éditions précédentes

 

Portfolio