La 27e Nuit Provençale

Pour la 27° édition de son emblématique manifestation, Phocéa Productions avait choisi, comme point de départ et d’arrivée, la dynamique ville d’Eyguières, aux pieds des Alpilles, avec la totale implication de la Municipalité.

JPEG - 2.4 Mo

Une fois de plus, l’adage qui affirme que les absents ont toujours tort, a pu se vérifier ce samedi 29 Février. En effet, ils n’étaient que 33 équipages à s’être engagés pour une Nuit Provençale qui s’avèrera particulièrement réussie. Rappelons que le concept de cette première sortie de la saison consiste en une balade nocturne au road-book, n’incluant aucune notion de compétition ; pas de chrono, pas de régularité, pas de classement... Juste le plaisir de rouler en anciennes, en toute sécurité, et avec l’assurance de trouver une profonde convivialité entre passionnés. Comme il est de coutume depuis 27 ans, l’évènement était composé de deux étapes, pour un total d’environ 350 kilomètres.

Après les habituelles vérifications administratives et techniques dans la toute nouvelle salle polyvalente d’Eyguières, une collation offerte par la mairie, était suivie d’un court briefing au cours duquel Michel Vignal apportait quelques éclaircissements sur un parcours jusque là tenu secret et consigné sur un carnet de route très précis.

JPEG - 66 ko

Un coup d’oeil sur la liste des engagés permettait de s’apercevoir que, si la quantité n’y était pas, la qualité était bien présente. A commencer par une superbe Audi Quattro, parfaite réplique d’une auto ayant participé au Rallye de Monte Carlo 1982, ainsi qu’une Alpine A110, très belle évocation d’une Berlinette ayant couru le Monte Carlo 1973. A côté de ces bijoux, les autres voitures, toutes dans de superbes états de conservation ou de restauration, représentaient un large panel de la production des années 1960 à 1980, avec quelques raretés comme l’Opel Corsa GSI, la Triumph Spitfire, la R11 Turbo Zender, la Citroën BX GTI 16S, la Talbot Sunbeam TI ou la Ferrari 308 GTB.

17 heures ; la première auto s’élance, en direction de Roquemartine pour aller vers Le Destet, puis Gordes et la petite route qui surplombe l’Abbaye de Sénanque. Venaient ensuite les « spéciales », bien connues des afficionados de sport automobile, de Murs, Vénasque et Méthamis, pour atteindre Sault, où une première halte était prévue avec un ravitaillement en carburant pour les machines et en boissons pour les hommes.

JPEG - 78.8 ko

Une petite demie heure plus tard, tout le monde repartait pour une boucle d’une soixantaine de kilomètres, comprenant les incontournables Gorges de La Nesque et La Gabelle, avant de retourner à Sault . La première étape, d’une longueur d’environ 230 kilomètres continuait son périple par le Col de la Liguière pour rejoindre Apt, et le restaurant « Les pieds dans l’eau » où un repas revigorant était servi pour la plus grande joie de tous. Repas durant lequel, est-il besoin de le dire, les anecdotes allaient bon train.

A noter que cette première partie était marquée par l’abandon, d’entrée, de la très belle R21 turbo de David Delporte (problème de chauffe) et de la Berlinette de Bruno Bertrand (transmission). Ce dernier pouvait rejoindre le convoi au volant d’une autre Berlinette, moderne celle-là. Une durit de freins cassée dans Méthamis (!!!) sur l’Opel Kadett de Nicolas Cavalier, pouvait être réparée par l’assistance de l’organisation, permettant à l’équipage de continuer.

Après les Tiramisu et les cafés, tous les équipages se remettaient en route pour la seconde étape longue de 120 Kilomètres. Deux invités de dernière heure, la pluie et le brouillard, venaient mettre un peu de piquant dans un parcours pourtant déjà bien costaud, qui commençait par la route de Caseneuve puis par le Colombier. La petite route de Buoux permettait de rejoindre la Combe de Lourmarin, puis la Roque d’Anthéron et les superbes spéciales de la Ronde de la Durance : le Col Sainte Anne et Lambesc/Charleval. C’est enfin par Vernègues et Alleins que tous revenaient à Eyguières, où boissons chaudes et viennoiseries les attendaient.

JPEG - 96.4 ko

La traditionnelle tombola était ensuite tirée, qui voyait de nombreux lots distribués, dont un engagement gratuit pour la 28° Nuit Provençale 2021, remporté par Pierre Walter, ravi de cette opportunité. Un court débriefing permettait à Michel Vignal de rendre hommage aux participants pour leur bonne tenue, en particulier pour leur respect des riverains dans les traversées de villages. Il remerciait ensuite tous les bénévoles sans qui rien n’est possible, et enfin toute la Municipalité Eyguiérenne et Henri Pons, son dynamique maire. Une attention toute particulière était portée à Patrice Laforest qui avait mis à disposition sa dépanneuse.

Le président de Phocéa Productions rappelait les prochaines manifestations prévues au calendrier de l’association, à commencer par la 6° Montée historique de Ceyreste , le Dimanche 5 Avril.

Renseignements : www.phocea-productions.fr


PNG - 21.5 ko

Organisation : Phocéa Productions
Texte et photos : Alain Amalberti

-> revivre les éditions précédentes

-> Le calendrier 2020


 

Portfolio