Goodwood Revival 2013 : l’instant magique

Pour le passionné de voitures anciennes, c’est l’endroit où il faut être allé au moins une fois dans sa vie. Aucun autre meeting ne propose des plateaux aussi prestigieux et une ambiance aussi délicieusement vintage.

Dès l’arrivée sur le parking ce week-end du 14 septembre, vous voilà replongé dans les années 60 : les visiteurs venus en anciennes débarquent et ce sont des autos à perte de vue dans un joyeux mélange hétéroclite où les autos prestigieuses voisinent avec des populaires. Lorsque chacun descend de sa voiture, le retour vers le passé est encore plus fort car tout le monde est habillé en tenue d’époque. Le dress code fait beaucoup pour cet évènement car chaque acteur - concurrents, mécanos, accompagnants, journalistes, photographes, spectateurs ... - est invité à venir habillé "dans l’esprit". Le dépaysement est alors total.

JPEG - 128.5 ko

En vous rendant vers le circuit, vous traversez tout d’abord une fête foraine, vintage elle aussi, avec par exemple le mur de la mort et ses motards qui tournent en rond sur la paroi, des chevaux de bois, des petites voitures... puis ce sont les boutiques où, si par mégarde vous étiez venus habillés XXIème siècle, vous allez trouver tout le nécessaire pour vous fondre parmi la foule. Puis vous passerez le tunnel surmonté de son horloge Rolex, pour aller découvrir le paddock et la piste. Un paddock à l’ancienne, en bois, des stands tous de blanc revêtus, des palissades en bois tout autour du circuit, une herbe taillée ras, des tribunes (couvertes, il vaut mieux...) Ici, le musée dans un bâtiment aux allures des années 50, là les avions, le coiffeur, le salon de coiffure pour dame... Vous croiserez sans doute Laurel et Hardy, des pin up, des soldats dans leurs Jeep ou sur leur moto. Sans oublier les orchestres, du Big Band chez Veuve Cliquot, l’orchestre de rock ou encore les crooners dans leur caravane streamline qui permettent de passer un bon moment au son des tubes de l’époque. Si ce n’était les téléphones portables que l’on entend sonner ici où là, l’illusion est totale.

JPEG - 61.6 ko

Et ce n’est que l’environnement de la course ! Sur la piste, ça bagarre sévère, au sein des différents plateaux, et à bord d’engins magnifiques. Lord March sait recevoir mais c’est lui qui choisit qui vient. On peut dire qu’il a du goût. On notera pour cette édition 2013 un hommage rendu à Jim Clark qui a permis de voir tourner les voitures aux volants desquelles il a fait sa carrière : de la DKW aux Lotus de GP en passant par les Ford Cortina Lotus et autres ERA. L’autre hommage étant rendu à la Ford GT 40 au travers d’une parade mais aussi d’une course réunissant 27 voitures qui en a surpris plus d’un tant la bagarre était intense.

Il y avait 14 plateaux pour cette édition permettant de voir en piste des GT, des protos et des monoplaces sans oublier les motos du Barry Sheene Memorial Trophy.

JPEG - 83.3 ko

Outre le RAC TT Celebration, plateau phare du week-end qui a vu une bataille de tous les instants, malgré des conditions météos qui sont allés en se dégradant tout au long de l’épreuve, on retiendra également le St Mary’s Trophy, plateau composé de Saloon Cars (1960-1966) où les concurrents se sont battus comme des chiffonniers pour le plus grand plaisir des spectateurs. Il faut dire que ces plateaux très prisés attirent de nombreux pilotes de haut niveau : Tom Kristensen, Romain Dumas, Nicolas Minassian, Harold Primat, Rob Huff, Olivier Gavin pour les plus jeunes, Jean Alesi, Mark Blundell, Derek Dely, Henri Pescarolo, Jochen Mass, Johnny Cecotto, Rauno Altonen, Emanuele Pirro, Derek Bell, Tom Coronel, Stefan Johansson pour les moins jeunes sans compter quelques bons pilotes comme Adrian Newey, Christian Horner, Rowan Atkinson, etc... Ce qui mène à des courses acharnées, le prestige des uns et des autres étant en jeu, mais toujours dans l’esprit Gentlemen Drivers !

JPEG - 27.5 ko

Entre chaque course, ce sont des démonstrations aériennes avec les avions qui ont fait la gloire de l’Angleterre, mais aussi une évocation du Tour de France avec des cyclistes en tenues d’époque - avec la caravane s’il vous plait - sans oublier les délicieuses Austin J40 à pédales pour les enfants qui feront la course dans la ligne droite de départ. Bref, on ne risque pas de s’ennuyer à Goodwood ! Ajoutons à cela que l’évènement est remarquablement organisé et que même si la météo n’a pas été de la partie, chacun est rentré de cet évènement avec le sourire aux lèvres. Goodwood Revival s’est déroulé cette année à guichet fermé et le record d’entrées de l’an passé - 146 000 visiteurs - a certainement été dépassé. Alors si vous désirez vous y rendre l’an prochain, prenez les devants et réservez votre place rapidement !

-> Voir le site et les résultats de Goodwood Revival

Texte : Newsclassicracing - © Photos : Photoclassicracing.com et Fotorissima.net

-> Tout 2013.. et 2012

 

Portfolio