2013 : Au Sud du Maroc, au Nord de la Corse !

Certains n’y verront qu’un... raccourci mais ce titre résume bien les nouvelles résolutions prises pour 2013 par ces deux épreuves, à la réputation devenue incontournable. On aurait pu titrer : 2013, le changement c’est maintenant ! Mais bon, c’était reprendre un slogan...un peu usité ces derniers temps ! Non, plus sérieusement, tant le Rallye du Maroc Historique que le Tour de Corse, ont décidé de revoir profondément leur parcours respectif. Histoire de varier les plaisirs mais aussi pour que les voyages proposés soient encore plus beaux. Mais pour décrire ces évolutions, le mieux est de laisser la parole à Yves Loubet qui vous a concocté deux tracés de rêve...

LA BERLINETTE FÊTÉE EN CORSE !

JPEG - 61 ko
Des parcours innovants...

« Avant de vous parler plus précisément du parcours du Rallye du Maroc Historique qui sera notre premier rendez-vous de cette nouvelle année, je voudrais évoquer brièvement le Tour de Corse 2013. Son tracé est déjà prêt et il innove, lui aussi. Pour faire rapidement un premier classement qui déterminera l’ordre de départ dès la première grande étape, il y aura deux petites spéciales (env. 20 km, au total) disputées le soir des vérifications, de nuit donc. Le lendemain, on partira pour une longue étape qui se disputera, et c’est une première pour notre épreuve, exclusivement dans le Cap Corse. Départ depuis Ile-Rousse, regroupement à Macinaggio et arrivée le soir à St Florent après 4 épreuves spéciales magnifiques dans le cap.

JPEG - 65.7 ko
Le Tour de Corse 2013 fêtera la Berlinette Alpine et les 40 ans de son titre

Mais surtout, outre ces évolutions majeures du parcours, le Tour de Corse 2013 sera dédié à la Berlinette Alpine qui fêtera les 40 ans de son titre de Championne du Monde, acquis justement lors du Tour de Corse 73. Je vais tout faire pour avoir avec nous les grands hommes, les témoins de cette aventure. Des pilotes comme Jean-Claude Andruet, Jean-Luc Therier ou Jean-Pierre Nicolas vainqueur en 73. Jean Ragnotti, Alain Serpaggi également ou Jacques Cheinisse, le patron de l’équipe à l’époque. Je ferai tout également pour que des pilotes insulaires comme Francis Serpaggi ou Claude Balesi, qui se sont illustrés au volant de cette voiture mythique, reprennent également le volant à cette occasion ou, du moins, soient présent auprès de nous. Et bien sûr, je n’oublie pas un grand fidèle de notre épreuve historique : Jean-Pierre Manzagol. On souhaite également motiver des clubs Alpine en proposant à leurs membres un parcours parallèle pour vivre cette édition de prêt ou en ouverture du rallye. On veut que ce soit une grande fête dédiée à l’Alpine de Rédélé !

Sinon, nos règles resteront les mêmes et si nous avons déjà fait un effort en ce sens en 2012, nous efforcerons de considérer les performances des petites cylindrées comme il se doit, en ressuscitant peut être la notion des groupes d’antan, groupe 1, 2, 3 ou 4.

JPEG - 21.7 ko
En Corse, comme au Maroc, les "petites" seront choyées !

A partir du moment où nous offrons un parcours sécurisé sur routes fermées, nous tenons à ce que la « régularité » soit chez nous une véritable épreuve sportive, en adéquation avec le terrain de jeu. Pas une simple promenade.
Nous diminuerons probablement le nombre de changements de moyenne au cours d’une même épreuve et sans doute placerons nous une limite d’âge aux voitures de la moyenne basse. Pour que des voitures plus anciennes trouvent leur vraie place. C’est tout ! »

DES DÉCORS FABULEUX AU MAROC !

« Direction le Maroc désormais, pour découvrir les nouveautés du prochain parcours. Elles sont nombreuses puisque la moitié des épreuves chronométrées sont inédites. Mais avant cela, sous une forme ou une autre, nous rendrons hommage à Jean Deschazeaux qui vient de disparaître. Par sa connaissance du terrain, ses performances, ses victoires, il fut une figure emblématique du Rallye du Maroc.

JPEG - 49.5 ko
A la sortie de l’hiver en Europe, le Maroc offre un dépaysement total

Une fois encore, le rallye s’élancera depuis Agadir. L’an passé, l’accueil y fut très chaleureux et cette année, les bouchées doubles seront mises. Cela nous a obligé à revoir un peu le timing habituel. Ainsi, les vérifications se dérouleront le dimanche après-midi et dans la soirée. Quand on connait l’animation qui règne à Agadir le soir, l’ambiance devrait être très très sympa. Le parc fermé de départ devrait être directement en bord de mer, sur la promenade. Et le lendemain, le rallye mettra délibérément le cap vers le sud. La première ville étape sera Tafraoute, c’est sûr maintenant, avec trois spéciales pour la première journée. Celle de Massa ne sera pas étrangère aux concurrents de 2012.

Les deux suivantes sont par contre nouvelles : Sidi Fni et la Vallée d’Ignir. Au total, le premier jour proposera 75 km de chrono et déjà de grandes sensations avec des gorges extraordinaires, dignes des décors d’Indiana Jones. Le lendemain, depuis Tafraoute, on rejoindra Ouarzazate. Seule la dernière épreuve, Fint, est une classique connue (et magistrale...).

JPEG - 14.4 ko
Des paysages fabuleux

Les trois autres sont nouvelles et emmèneront les concurrents dans des décors dignes du rallye d’Argentine, sur la route des fameuses mines d’or d’Akka, toujours en activité. A ce niveau, le rallye sera bien au sud et les paysages offerts seront vraiment spécifiques et fabuleux. Je veux aussi que ce rallye soit un voyage qui reste gravé dans les mémoires de chacun.

La route sera longue avant de rejoindre Ouarzazate. Le lendemain, la première épreuve se disputera dans les fameux décors de cinéma de la cité. Ensuite, on prendra la direction de la Vallée des Roses où l’on sera en pleine récolte avec au menu des couleurs fabuleuses. Après le regroupement de mi-journée, on prendra la direction d’Erfoud puis de Merzouga. On sera au bord du désert et de l’Erg Chebbir. L’arrivée se fera au pied des dunes de Merzouga. Là aussi, il faudra bien ouvrir les yeux. Le décor est fabuleux.
Le lendemain, on rebrousse chemin pour 4 épreuves toutes nouvelles qui vont nous mener, comme en 2012, à Ifrane. On va ainsi passer du désert aride à un paysage de montagne digne de la Suisse. Un contraste incroyable... Le lendemain, on retrouvera un terrain moins novateur, encore que nombre d’épreuves disputées le seront en sens inverse des autres éditions : Paysage d’Itoh, Souk el Had, Khenifra ou Naour.

JPEG - 40.9 ko

Un terrain connu mais ces épreuves restent de sacrés juges de paix... Naour, par exemple est digne des 1000 Lacs. L’étape se fera sur le bord du Lac de Bin El Ouidane. Ce sera la dernière soirée avant l’arrivée à Marrakech mais le rallye ne sera pas terminé pour autant.

Si l’an passé, la dernière journée était apparue un peu « légère », cette année, le menu du dernier jour sera plus épicé avec 4 épreuves dont Skatt. La spéciale des Agafayes marquera la fin du rallye mais elle sera toute nouvelle cette année. Donc, il y aura de la nouveauté jusqu’au terme du rallye...

Tout le travail de développement que nous avons fait ces dernières années, tant sur le Tour de Corse que sur le Rallye du Maroc semble porter ses fruits. Les deux épreuves ont une notoriété qui dépasse largement nos frontières désormais et elles semblent vouloir s’internationaliser plus encore. Pour la Corse, par exemple nous avons été approché par un club de pilotes norvégiens, décidés à venir découvrir la Corse en disputant le rallye. Il pourrait être une dizaine... Pour la Maroc, nous comptons déjà 80 demandes d’engagement spontanées. Il y a donc déjà plus de concurrents que l’an passé au départ. Des demandes viennent d’Angleterre, d’Espagne et nombre de voitures sont en construction. Tout cela est encourageant et l’on prend çà pour une vraie récompense...

Texte : JBCOM 92 /ALAIN BERNARDET
photos : Organisation

-> Tout le rallye du Maroc Historique 13-18 mai 2013
-> Tout le rallye de Corse Historique 8-12 octobre 2013