13e Tour de Corse Historique #3 : Rien que du sport !

Une longue journée attendait ce jeudi les équipages rescapés : départ depuis St-Florent pour une arrivée à Porto. Une fois de plus, la course en tête fut de toute beauté tout comme en VHRS où les leaders se battent comme des chiffonniers.

PNG - 121.6 ko

Jeudi 10 octobre - Avant toute chose, il convient de revenir sur le classement provisoire à l’arrivée à St Florent. Nous évoquions des problèmes de chronométrages qui obligèrent la direction de course à vérifier les carnets de bord un à un. Et le dernier classement publié prêtait une fois encore à discussion. Point positif : le "mal" fut identifié et tout devrait rentrer dans l’ordre aujourd’hui. C’est le minimum qui pouvait être fait… Le point négatif , c’est le cas de Valliccioni sur sa Renault 5 Turbo toujours pénalisé d’une minute sur le dernier classement publié le soir tard. Classé neuvième, il aurait dû normalement s’élancer de la seconde position, ce qui n’est plus la même course. Ouf, tout rentra dans l’ordre le matin même ! Malheureusement, la course de Valliccioni s’arrêta dès la première ES du jour pour des problèmes de moteur. Course qui entama sa troisième étape sur un beau rythme avec un duel entre les corse Jean- Marc Manzagol et François Padrona. Ces deux là ont pris les affaires en mains.

Un festival inachevé…

PNG - 240.5 ko
Abandon pour Manzagol

En très grande forme, Jean-Marc Manzagol a sorti la grosse attaque. C’est simple, il va remporter les trois premières spéciales du jour. Mais hélas, trois fois hélas, à la sortie de Castifao, la boîte de sa Renault 5 Turbo cède. C’est l’abandon définitif. François Padrona peut respirer un peu mieux. D’un coup, son avance sur le second passe de sept à cinquante-deux secondes. C’est l’avance qu’il possède à la rentré en parc fermé à Porto où un ciel menaçant ne laisse rien augurer de bon pour demain. Le second est le suisse Gérald Toedtli sur sa Ford Escort RS Mk1. Jean-Claude Andruet est troisième mais déjà à 1’35 et qui précède de deux toutes petites secondes Jean-Charles Rédélé sur sa petite Alpine. Le voici en position de rééditer sa très belle performance de l’an passé.

Du sport en VHRS !

Maintenant, il convient d’aller jeter un coup d’oeil à la course en VHRS où la lutte pour la tête de l’épreuve est également très intense avec un combat où les écarts s’avèrent extrêmement faibles Déjà, il convient de faire un point au soir de l’étape 2. C’est le monégasque Jean-Claude Marsan qui, sur sa Porsche 911, mène les débats.

PNG - 261.2 ko
Karl Asmund KLEVE / Oddvar MOLAND

Il s’agit d’un habitué du Tour de Corse qui peut sans doute mettre à profit son expérience des routes et des difficultés que l’on peut trouver dans l’ile. Mais encore une fois, la course est peut-être plus intense en VHRS qu’en compétition… Les écarts sont ridiculement faibles. Au soir de cette seconde étape, Marsan ne devance son second, Christophe Baillet sur une autre Porsche, que d’un petit point. Un écart ridicule lorsque l’on sait qu’un point vaut une seconde de pénalité. Le troisième suit lui aussi à un point du second. Il s’agit du premier équipage norvégien à bord d’une Austin Healey de 1964. Nos amis norvégiens (il y a…onze équipages venus du grand nord !) semblent s’avérer être des spécialistes des courses de régularité. Un second équipage, Sven Lund sur une Datsun 240 Z absolument splendide, pointe à la neuvième place à 6 points seulement du leader. Bravo à eux qui découvrent les routes corses.

Bouleversement à chaque ES !

Mais ne pensez surtout pas que les choses vont rester dans l’ordre. Chaque spéciale amène son bouleversement dans le classement général qui ressemble à un vrai jeu de chaise musicale. Ainsi dans l’ES 6, Marsan n’est que 7ème et l’italien Rossi semble avoir fait la bonne affaire. Surtout qu’il récidive dans l’ES 7 en se classant premier. Bien malin donc qui pourrait donner un classement précis au soir de l’étape 3 à Porto.

PNG - 382.8 ko
Jean-Michel GEROME / Patrick ABRAMS

D’autres spécialistes dans le genre pointent également le bout de leur nez et pourraient venir s’immiscer dans ce combat pour la première place. Ils ont pour nom Jean Corneau (Audi Quattro), Silvio Perlino (Chrysler Sunbeam Ti), Jean-François Nicoulès (Ford Cortina Lotus) ou encore Alessandro Olivieri (Ford Anglia), Fabrice Laforce (Alpine A110) ou Jill- Patrice Cassuto (VW Golf GTi)… Bref, il est difficile pour le moment de se faire une idée plus précise des débats. On doit très certainement cette course très disputée à l’appareil Tripy qui équipe les voitures et qui semble amener une précision qui sert aussi bien l’équipage que les chronométreurs avec des données précises et rigoureuses. Pour la suite de l’aventure, rendez-vous demain…

Demain un morceau de bravoure…

Et justement, la journée de demain risque fort de se montrer décisive, avec deux "monuments" pour débuter.

PNG - 217.8 ko
Un public toujours présent !

Cela faisait plus de trois ans qu’Yves Loubet voulait emmener le rallye sur les routes de l’ES12, la Scala Santa Regina, avec sa chaussée qui n’a pas bougé depuis les années soixantes. Un régal ! Suivra ensuite l’ES 12, la plus longue du rallye et comportant les défilés de l’Inzecca et des Strette mais aussi la traversée de Ghisoni, en pleine spéciale. Ghisoni, faut-il le rappeler, est un haut lieu de l’histoire du Tour de Corse. La population, là-haut aime le sport automobile et il risque d’y avoir beaucoup de monde sur les trottoirs…

LE CLASSEMENT PROVISOIRE…

1 : PADRONA/FARINACCI (Ford Escort RS) en 2h 01’54"8
2 : G.TOEDTLI/SANOTOCITO (Ford Escort RS) à 52"9
3 : ANDRUET/BICHE (Porsche 911) à 1’35"7 - 4 : RÉDÉLÉ/DESSEIX (Alpine A110) à 1’ 37"7 - 5 : AZERTJ.TOEDTLI/CIOCCA (Ford Escort RS) à 1’38"5 - 6 : ZUCCARELLI/ SAVIGNONI (Porsche 911) à 2’24"0 - 7 : MORIÈRE/GABELLA (Porsche 911) à 2’48"5 - 8 : BARRILE/CHIAPPE (Talbot Sunbeam Lotus) à 2’50"7- 9 : MANZAGOL/GUGLIELMI (Renault 5 Turbo) à 3’18"2- 10 : ANTO WAN/RAFFAELLI (Porsche 911) à 3’22"3…
-> Les résultats en direct

PNG - 5.8 ko

Texte : JBCOM 92 /ALAIN BERNARDET
photos : Organisation

-> Toute l’édition 2013... et précédentes

photo1 : Gérald Toedtli

 

Portfolio