13e Tour de Corse Historique#1 : Que la fête commence !

Deux jours de vérifications auront été nécessaires devant le nombre impressionnant d’engagés. Et ce mardi aura vu aussi le déroulement d’une courte première étape...nocturne. de quoi établir une première hiérarchie surprenante...

PNG - 121.6 ko

On ne peut pas dire que depuis deux jours, le ciel ait été du coté des concurrents. Il fallait bien viser pour passer entre les gouttes d’orage faisant vite monter le niveau de l’eau place Paoli. Mais cela n’a jamais vraiment altérer la bonne humeur ambiante.
Il n’y a guère que sur les hauteurs d’Ile- Rousse, au coeur de l’équipe Bolla, où les mines s’allongent. Depuis la veille, Jean- Luc Bolla est penché sous le capot de l’Opel Ascona 400 Conrero flambant neuve. Dans un premier temps, Alain Oreille trouve que l’accélérateur ne revient pas très bien. "On lève le pied mais le moteur continu à faire avancer la voiture ! Ensuite, je trouve que le moteur ne pousse pas, mais vraiment pas. On a l’impression qu’il force." Injection, allumage, tout est passé en revue sur le moteur mais rien n’y fera en en début de soirée, le Conrero tout neuf rend l’âme, définitivement. Alain et Sylvie Oreille ne prendront pas le départ de ce Tour de Corse Historique qui après le forfait de Philippe Gache perd une nouvelle tête de série. Voilà qui est regrettable car avec cette météo incertaine, les routes inévitablement salies par les derniers orages, tout était réuni pour qu’Alain et son Opel anime le rallye.

PNG - 379.8 ko

Sinon, pendant deux jours, Ile-Rousse nous a proposé un spectacle chamarré de très grande qualité. Les unes après les autres, les voitures se livraient aux mains des commissaires techniques. Les voitures étaient inspectées avec une grande rigueur et minutie, surtout les éléments de sécurité. Puis chacun allait sagement rejoindre le parc fermé au niveau du port, le seul endroit à Ile-Rousse capable d’accueillir 250 voitures. Et encore, à la vue de l’embouteillage.

Deux remarques s’imposent au terme des vérifications : l’étape prévue de nuit nous fait redécouvrir des voitures de rallye arborant fièrement leur batterie de phares additionnels. Comme à l’époque car de nos jours dans les rallyes modernes, les WRC ont perdu ces éléments contribuant à l’agressivité naturelle d’une mécanique de rallye. En second, au risque de se répéter, on est de plus en plus surpris par la qualité des préparations.

PNG - 342.8 ko

En VHC, on devenait habitué de ce travail de grande qualité sur de vraies voitures de course. Par contre, ce n’était pas toujours la réalité avec les voitures en VHRS. Désormais, l’équilibre est rétabli et si d’aventure vous vous trouvez sur le parcours, un conseil : attendez le passage de nos amis norvégiens. Vous vous régalerez de la présentation, du soucis du détail de leur Volvo, Porsche, VW ou autre Datsun 240 Z. Absolument splendides ! Et félicitez ces "vikings" de leur présence. Leur déplacement représente déjà entre 2500 et 3000 km de route pour venir de Norvège. Bravo et merci à eux…

JC. Andruet, un extra-terrestre ?

Il est 18h30 précise lorsque le maire d’Ile-Rousse accompagné de Jacques Cheinisse lâche la voiture arborant le N°1.

JPEG - 67.3 ko

Il s’agit de Jean-Claude Andruet qui file sans attendre sur les hauteurs de la ville où l’attendent les deux premières épreuves. Si l’on parle de Jean-Claude, c’est qu’il a mis son expérience des rallyes nocturnes et tout son talent pour d’emblée imposer un rythme endiablé. On taira son âge qui a dépassé les sept décennies depuis un moment mais ce qu’a fait Jean-Claude ce soir est tout bonnement stupéfiant. Il suffisait d’être sur le bord de la route pour mesurer la pleine attaque du pilote parisien et que son classement au terme de cette première courte étape ne doit rien au hasard ou à la chance. Dès le premier hectomètre chronométré, il a pris le pouvoir, reléguant son suivant immédiat, Erik Comas sur sa Lancia Stratos, à près de quatre secondes sur les huit kilomètres de la spéciale. Suivent ensuite Valliccioni que tout le monde présentait très brillant à Ile-Rousse, puis le très jeune Jérémy Toedtli, déjà très brillant l’an passé et qui semble bien décidé à récidiver cette année. Toujours est-il qu’en ce début de rallye, il a pris aisément l’ascendant sur Gérald, son père et ex-champion de Suisse des rallyes et sixième de l’ES1.

PNG - 529.6 ko

Le jeune pilote suisse est talonné par Gérard Morière, cinquième sur sa Porsche 911. Suit enfin la première Alpine A110, cette de Jean- Charles Rédélé troisième l’an passé et qui d’emblée se positionne avec les têtes de série beaucoup plus musclées. La première victime notoire est John Of Be qui sur sa Ferrari a rencontré des problèmes de coupure moteur. Dans un virage, quand la puissance est revenue brutalement, il n’a pu éviter d’aller abimer l’avant de sa voiture.
Lors de la seconde ES, afin de mieux affirmer sa position de leader, Andruet refait le scratch et relègue encore Comas à près de quatre secondes. Par rapport à la première ES, on retrouve quasiment la même hiérarchie dans cette épreuve. Deux petits nouveaux néanmoins dans le top 10 avec Christophe Vaison sur sqa petite Samba et Antoine Vandromme sur sa 911 Groupe 3, c’est à dire très proche de la série. Antoine s’était fait remarquer au Maroc en terminant troisième au général. Il démontre là que ce n’était pas un coup de chance…

Rendez-vous demain si vous le voulez bien, au terme d’une étape se déroulant intégralement dans le Cap Corse. Une nouveauté de plus dans ce Tour 2013.

LE CLASSEMENT PROVISOIRE…

1 : ANDRUET/BICHE (Porsche 911) - 2 : COMAS/VESPERINI (Lancia Stratos) à 7"6 - 3 : VALLICCIONI/CARDI (Renault 5 Turbo) à 16"6 - 4 : J.TOEDLI/CIOCCA (Ford Escort RS) à 27"5 - 5 : MORIÈRE/GABELLA (Porsche 911) à 28"0- 6 : VAISON/DUFOUR (Talbot Samba Gr.B) à 38"1 - 7 : RÉDÉLÉ/DESSEIX (Alpine A110) à 42"5- 8 : A.VANDROMME/RAFFAELLI (Porsche 911) à 45"0- 9 : G.TOEDLI/MUSCH (Ford Escort RS) à 46"4 - 10 : JM.MANZAGOL/PATRONE (Renault 5 Turbo) à47"3 - ....
-> Les résultats en direct

PNG - 5.8 ko

Texte : JBCOM 92 /ALAIN BERNARDET
photos : Organisation

-> Toute l’édition 2013... et précédentes

 

Portfolio