13e Tour de Corse Historique : Embouteillage à Ile Rousse

Lundi ont débuté les vérifications techniques et administratives à Ile-Rousse. Ce 13e Tour de Corse Historique rentre dans sa phase active après des mois de préparation pour faire en sorte que cette semaine dans l’île de beauté demeure un moment inoubliable. Un point s’impose !

PNG - 121.6 ko

C’est un record qui témoigne, si besoin en était, de tout l’intérêt porté par les passionnés à ce type de compétitions routières : ils sont près de 260 équipages à figurer sur la liste des engagés ! Le Tour de Corse est une épreuve vraiment historique et le démontre à chaque instant. La recette ? Plus d’un demi-siècle d’exploits, de temps forts, sur des routes toujours inégalables et, en ce qui concerne cette variante "Historique", une ambiance où la bonne humeur et un esprit sportif ont toujours régné jusqu’à présent.

Devant ce nombre d’engagés, l’organisation, pour que tout se déroule sans heurt, a dû se résoudre à répartir les indispensables contrôles administratifs et techniques sur deux journées au lieu d’une initialement prévue. Lundi, marquera donc l’ouverture des hostilités, de16h00 à 21h00. Mardi, ce sera sur la journée entière, de 8h00 à17h00 après quoi il faudra songer à se préparer pour la première étape. Car faut-il rappeler que cette année, le Tour de Corse Historique débutera par une courte première étape disputée de nuit.

PNG - 189.1 ko

Deux épreuves chronométrées sont au programme, à partir de 18h30, sur les hauteurs d’ Ile-Rousse avant un retour en parc fermé, sur le port de la petite citée de Balagne. Là aussi, cette édition du Tour de Corse Historique lance un beau clin d’oeil à l’histoire du mythe. Pendant des années, pour ne pas dire des décennies (par respect envers les plus anciens…), l’épreuve était un véritable marathon se disputant, quasiment sans repos, de jour comme de nuit. La nuit a été très longtemps l’une des composantes majeures des compétitions routières d’envergure. La voici ressuscitée ! Enfin, pour se montrer plus pragmatique, ces deux épreuves nocturnes (18,5 km au total) permettront un départ dans l’ordre du classement général dès le lendemain matin. Voilà qui s’avère beaucoup plus équitable sur un plan sportif. Alors, un petit conseil si l’on peut se permettre : soignez votre condition et ne négligez aucun détail dans la préparation de votre bête de course préférée…

L’ES 5 modifiée !

Pour sa seconde étape, le Tour de Corse Historique empruntera les splendides routes du Cap Corse. C’est une seconde nouveauté, on vous l’a déjà présenté. Comme l’explique Yves Loubet, l’épreuve spéciale de Barcaggio a dû être très légèrement modifiée : "Le premier kilomètre de l’épreuve est actuellement en travaux avec beaucoup de graviers. Nous avons dû amputer l’épreuve de son premier kilomètre. Ce n’est pas grave, les onze kilomètres restant étant vraiment magnifiques avec ce passage dans Barcaggio où les voitures passent auras de l’eau..." Voilà la seule modification apportée au parcours qui compte toujours ses 1200 km au total pour… 329 km chronométrés, donc.

Engagés : les derniers changements…

PNG - 249.7 ko

Au niveau de la liste des engagés, les évolutions sont très peu nombreuses également. Tout juste quelques changements de coéquipiers au dernier moment. C’est ainsi, par exemple, que Marie-Odile Desvignes (N°202) avec sa célèbre Alpine A110 rose Aseptogyl (Team Alp’in Event) ne sera pas naviguée par Catherine Cathiard mais par Annick Peuvergne qui revient ainsi à la compétition après avoir pris longtemps place aux cotés de Jean-Claude Andruet ou François Chatriot par le passé. De la même façon, nous n’auront pas le plaisir de voir l’insolite Jaguar Mk2 orange de Rolland d’Abel de Libran, cette année. Au tout dernier moment, sans doute afin de mieux célébrer l’Alpine A110 fêtée par cette édition du Tour, Rolland a préféré partir avec une splendide A110 1800 Groupe 4 couvée par Jean-Luc Bolla. On note aussi le forfait de Patrick Canavese.

Le spectacle s’annonce grandiose…

Le spectacle débutera déjà au passage des voitures ouvreuses. La première voiture sur la route sera une Lancia Stratos Groupe 4. Suivra ensuite Claude Girod avec une authentique Audi Sport Quattro S1 (première version courte !) qui sera suivie par la Lancia 037 Martini de Pierre Carestia, la spectaculaire BMW M3 Groupe A de Jan-Hugues Hazard. Cette belle liste de voitures ouvreuses devait aussi comporter, la CG proto MC "Camionnette" pour Bernard Fiorentino, son pilote à l’époque mais son propriétaire à changer d’avis au tour dernier moment…

PNG - 309.6 ko

Place à la course ensuite avec des noms et des voitures qu’il convient de souligner : Jean- Claude Andruet sur sa Porsches 911 RSR, Jean- Charles Rédélé si brillant l’an passé avec sa petite Alpine A110 1800, Jean-Pierre Manzagol et sa Renault 5 Turbo, Erik Comas avec sa Lancia Stratos Groupe 4 particulièrement affûtée ou encore Alain Oreille sur une Opel Ascona 400 Conrero Groupe 4 toute neuve (voir encadré). Ancien vainqueur de l’épreuve, François Padrona est là avec une Ford Escort RS. Notons aussi la présence du spectaculaire irlandais Franck Cunningham, si brillant lors du Rallye du Maroc Historique. Il pilote ici une 911. Et puisque l’on évoque le Rallye du Maroc, notons que le vainqueur de la dernière édition, Christophe Vaison, a fait un choix osé avec une petite Talbot Samba Groupe B. On n’est loin du niveau de puissance de certaines têtes de série (Porsche 911, Lancia Stratos, Renault 5 Turbo ou Opel Ascona 400…) mais côté poids, elle sera en tête de liste. Il serait d’ailleurs amusant de voir qui de cette petite Talbot ou des meilleures Alpine A110 sera la plus légère…

La liste définitive des engagés mérite également quelques clins d’oeil sympathiques. Par exemple, Manzagol père et fils seront tous les deux au départ, chacun sur sa propre Renault 5 Turbo. Qui du père ou du fils aura le dernier mot, voilà qui devra être surveillé de près. Avec plus de 250 équipages engagés, la course risque de se montrer animée à tous les niveaux, pas seulement en tête du classement général. 165 équipages disputeront l’épreuve en VHC/Classic, le reste en régularité…

GACHE FORFAIT !

JPEG - 681.4 ko
Newsclassicracing en Corse !

La nouvelle est tombée il y a peu : Philippe Gache est contraint de renoncer à son épreuve préférée où il retrouve pleinement sa casquette de pilote. La raison en est simple : l’emploi du temps du patron du team SMG. C’est un secret pour personne que l’une des activités majeures de SMG demeure les rallyes-raids et le Dakar. Et c’est un vrai secret de polichinelle que cette année, SMG s’apprête à franchir un sérieux cap en alignant un tout nouveau buggy pour un …très célèbre pilote ibérique pour le compte d’une non moins célèbre boisson très énergisante… Toute l’équipe prépare activement le prochain Dakar et se trouvera, aux dates du Tour de Corse, dans les dunes de sable de Merzouga au Maroc où il se dit que le nouvel engin de SMG se montre très performant. Nous ne verrons donc pas Philippe à Ile-Rousse ni sa 911 victorieuse des deux dernières éditions.

-> la liste des engagés 2013

PNG - 5.8 ko

Texte : JBCOM 92 /ALAIN BERNARDET
photos : Organisation & Newsclassicracing

-> Toute l’édition 2013... et précédentes