Maroc Historique #8 : le bouquet final

Ce cinquième rallye du Maroc Historique s’est achevé comme il avait commencé, dans une fête générale ! Il faut croire que cette épreuve possède des gènes particuliers. Une fois encore, la dernière journée de compétition vers Marrakech nous réserva un superbe et incertain combat sportif...

JPEG - 122.6 ko

Le palace « Taj-Palace » de Marrakech, en plein coeur de la Palmeraie, a enfilé un costume inhabituel. Une haie d’honneur accompagne les 64 équipages rescapés de ce cinquième Rallye du Maroc Historique vers le podium d’arrivée où chaque performance est fêtée comme il se doit.

UN SPRINT FINAL FANTASTIQUE !

Mais avant d’arriver en ces lieux fastueux, les équipages, partis le matin des rives du lac Massira et de son bivouac, ont encore près de 270 km et 65 km chronométrés à parcourir. Inutile de vous dire que du côté du trio de tête, on est à l’écoute du moindre petit bruit suspect en provenance de la mécanique. Ces deux dernières années, le Rallye du Maroc Historique nous a toujours réservé un final diabolique sinon dramatique. Cette année, l’équipage de tête entame cette dernière journée avec près de trois minutes d’avance. De quoi gérer et de relâcher un peu afin de ménager la mécanique.

JPEG - 162.4 ko
Les Bérenguer magnifiques du début à la fin

Mais une alerte du côté des pompes à essence fait monter le taux d’adrénaline à bord de la Ford. Mais tout rentre vite dans l’ordre et le couple Berenguer peut filer vers l’arrivée afin de savourer avec tout le team de Manu Cauchy un succès indéniable dans une épreuve qu’ils ont toujours eu en main… Derrière, c’est une autre histoire. Certes, après sa belle journée du vendredi, Philippe Gache occupe une belle seconde place au départ de l’ultime étape mais son pécule sur Grégoire De Mevius ne s’élève qu’à vingt et une seconde. C’est à dire rien, pas question de s’endormir au volant. D’autant que dès le second chrono du jour, Grégoire De Mevius annonce la couleur après avoir fait quasiment jeu égal avec Philippe Gache dans la première. Il reprend douze secondes d’un coup. L’avance du pilote de la Mazda passe à…dix secondes.

JPEG - 106.7 ko
2e Philippe GACHE /Nicolas RIVIERE

Dans la suivante, le belge reprend à nouveau six secondes à son « ennemi ». Gache se reprend dans l’ultime épreuve et signe un chrono identique au belge. Ouf ! Gache peut enfin souffler et tient cette seconde place qui prend des allures de vraie revanche après son coup du sort l’an passé (abandon à 10 km de l’arrivée alors qu’il était en tête…).

DES POSITIONS CHÈREMENT DISPUTÉES.

Certes, cette lutte pour la seconde place a monopolisé les esprits toute la journée du samedi. Mais il y avait d’autres luttes particulièrement disputées un peu plus loin dans le classement. Par exemple, douze petites secondes séparent le sud-africain Geoff Bell (7ème) de l’irlandais Franck Cunningham (8ème), très spectaculaires sur des Ford Escort RS Groupe 4. Dans le même registre, seules 25 secondes séparent Paul Chieusse (10 ème) de Patrick Borne (11ème) et il y a 23 secondes entre l’argentin Jorge Perez Campanc 12ème) et Philippe Vandromme (13ème) … Fred Daunat (14ème) sur sa Citroën SM Bandama et Christian Kelders sur une Porsche 911 RMH font encore bien plus fort : ils sont crédités du même temps au terme d’une course de 2500 km !

JPEG - 105.8 ko
3e Gregoire DE MEVIUS /Alain GUEHENNEC

Dans le clan des Peugeot 505 Turbo, c’est Serge Zèle qui a eu le dernier mot sur son « patron » Roland Streit. De peu, de très peu : 5 secondes ! Les exemples de la sorte sont nombreux à mesure que l’on progresse dans le classement. Et cela souligne plus que jamais le niveau de compétition atteint par l’épreuve. Pas de doute, le Rallye du Maroc Historique est bien une authentique épreuve sportive et cette année, une étape décisive, tant par le niveau de pilotage que par la qualité du plateau offert, a été très nettement franchie. Le travail effectué par les diverses équipes est remarquable. Et cette remarque vaut bien sûr pour les équipes de pointe, toujours plus nombreuses et affutées, mais aussi pour des teams en apparence plus modestes mais au matériel irréprochable, comme la petite VW Golf de Jean-Pierre Villa, la Renault 17 Gordini de Jean-Pierre Prévost ou la petite Opel Kadett Rallye de 1968 de Pierre Marie. Toutes ces voitures ont pu rejoindre l’arrivée sans gros soucis majeur. Un grand bravo à toutes ces « petites » voitures. D’ailleurs, constatons un taux d’abandon des plus raisonnable pour une épreuve sur terre aussi longue. Enfin, nous voudrions remercier le Cheikh Al Thani.

JPEG - 30.4 ko
Une belle fête !

Non seulement il s’agit d’un compétiteur véritable qui a mené au terme du rallye sa Citroën CX GTi du Team Daunat Classique (2 CX neuves au départ, 2 à l’arrivée !) mais nous prenons également sa présence comme un honneur

Podium 2014

1 - Jean-François et Aline Bérenguer sur leur Ford Escort RS Mk2
2 - Philippe GACHE /Nicolas RIVIERE sur la Mazda RX7
3 - Gregoire DE MEVIUS /Alain GUEHENNEC sur Nissan 240 RS
-> Tous les classements / pdf / 64 classés

Texte : JBCOM 92 /ALAIN BERNARDET
photos : Organisation
-> Toute l’édition 2014... et précédentes

photo1 : Jean-François et Aline Bérenguer

 

Documents joints

 Classement 2014 (PDF - 93.6 ko)