Le 8e Critérium de Touraine Classic - Taillé pour les costauds !

Comme de coutume, l’épreuve emblématique proposée par CART HISTORIQUE a fait le plein d’engagés. Tous sont repartis avec un large sourire et la satisfaction d’avoir triomphé d’un parcours bâti pour les « gros bras ».

JPEG - 139 ko

Pièges de navigation, changements de moyenne incessants, secteurs d’une longueur exceptionnelle, cellules à foison… le tout dans des paysages somptueux. Un succès d’autant plus tangible que sur ce tracé aussi technique que varié, la bagarre aura fait rage jusqu’au bout à tous les étages de la compétition.

On se demande comment ils font. Lorsque Serge MASSON et Alain CHAPOTOT, traceurs de cette huitième édition du « Touraine Classic », ont annoncé avoir concocté un roadbook inédit à presque 100%, les spécialistes de l’épreuve, ceux qui l’ont déjà disputée plusieurs fois avec plus ou moins de bonheur(s), ont eu du mal à y croire. Nul doute, en tout cas, qu’ils étaient impatients à l’idée d’en découdre sur les petites routes de la région de l’Ile Bouchard, en sachant que de son côté, Henri-Emile JACONELLI n’a pas son pareil pour découper le rallye et répartir les pièges « bien comme il faut », juste assez pour créer des surprises et maintenir un suspense soutenu.

JPEG - 292 ko
2e Antoine et Aurélie CHARRIERE

De fait, les 45 concurrents qui s’élancent de Savonnières, en cette fin de matinée de samedi, ne mettent pas longtemps à mesurer les effets de ce cocktail détonant. Dès la ZR inaugurale, une grande majorité d’entre eux se laisse embarquer sur une mauvaise route et se retrouve dans un corps de ferme. L’addition est salée, même pour les équipages expérimentés. Si Philippe et Pascale QUIBOEUF (Porsche 911 2,2 S), récents vainqueurs du rallye d’Anjou Roi René, limitent la casse avec 62 points de passif, d’autres font clairement grise mine. Au premier rang, Damien CHAPOTOT, double vainqueur du rallye avec sa Kadett GTE, associé cette fois à sa fille Justine avec laquelle il compte bien réaliser la passe de trois. Avec 153 points dans la besace, il sait désormais que la tâche sera rude. Les autres « Opelistes », Teddy BLANCHARD et Dominique BIDAULT, sur leur GT 1900, sont encore plus loin, accusant près de 200 points de retard.

Le repas est-il suffisant pour se remettre les idées en place ? Oui, car la ZR 2, courte et exempte de difficultés, se passe tranquillement. La suivante est un hommage à la grande époque du Critérium, empruntant les pif-paf mythiques des communes de Parçay-sur-Vienne et Theneuil sur près de 35 kilomètres. Pas de gros dégâts chez les meilleurs mais déjà quelques écarts tout de même. Irréprochables, Daniel PROUST et Christian LANSON (Alpine A110) ont pris la tête du rallye avec 7 points de pénalité seulement.

JPEG - 434.7 ko
3e Damien et Justine CHAPOTOT

Ils sont talonnés par les tenants du titre, Antoine et Aurélie CHARRIERE (Volvo 123 GT). Mais l’ordre s’inverse dès la spéciale suivante ! Entre Saint-Epain et le château de Grillemont, les Alpinistes commettent une petite erreur, laissent les « locaux » s’échapper. Ils voient aussi revenir sur leurs talons d’autres résidents régionaux, les surprenants Jean-Claude PEROT et Damien RIDEAU (Renault 5 Turbo) : sacrée performance car ils sont les seuls, parmi les favoris, à ne compter aucun équipement à bord. Hélas ! Il leur faudra redescendre du podium virtuel à peine plus loin, au profit des « Turb’bottines » Valérie ROTROU-BOSSART et Sabine GUILLIEN, qui alignent cette année encore leur splendide 205 Turbo 16.

Et ça repart pour un « run » de plus de 100 kilomètres avec 3 nouvelles ZR au programme. Cette section sera favorable au retour des Porschistes Jean-Luc BASTY et Jacques MOREAU qui, avec leur 911 SC, grignotent leur retard en matraquant des temps de passage presque idéaux. En revanche, du côté de Régis GARNIER et Jacques TAVERNIER (Alpine A110), vainqueurs de l’édition 2013, rien ne va plus : après des soucis de tripmaster, ils se déconcentrent et laissent les points s’accumuler. Devant ? Toujours une bataille de chiffonniers, 22 points séparent la Volvo des leaders de la belle Alpine, dont les occupants entendent bien profiter de l’étape de nuit pour reprendre les commandes…

C’est en effet un morceau de bravoure de 43 kilomètres face au chrono qui attend les prétendants au coup d’éclat. Pas moins de 5 cellules ont été placées aux endroits stratégiques, et les changements de moyenne sont légion. Ce n’est peut-être pas dans cette ZR que se gagnera le rallye, mais beaucoup peuvent y perdre une place d’honneur chèrement gagnée !

JPEG - 399.1 ko
Philippe et Pascale Quiboeuf

Pendant près d’une heure non-stop, les virages vont s’enchaîner, les méninges s’échauffer, les bras devenir douloureux… Mais finalement, avec une navigation sans surprise, les pénalités ne s’abattent qu’en quantité modérée et ne bouleversent pas le classement. Les héros, fatigués mais heureux, peuvent aller engranger quelques heures de sommeil. Ils savent que les organisateurs leur ont promis une nouvelle montée en puissance pour la matinée du lendemain !

9 heures, dimanche. Pour ne pas déroger à la tradition du Trophée René JOUAN, la décision se fera-t-elle au cours des ultimes kilomètres ? En quittant Savonnières, Antoine et Aurélie CHARRIERE mènent encore la danse, mais leur avance a fondu (sans doute avec le retour d’un soleil éclatant sur la Touraine). La première ZR, n°10 du nom, n’est qu’une petite mise en jambes, mais les deux suivantes vont jouer leur rôle à plein. Les subtilités du roadbook y ont été judicieusement saupoudrées. A droite, à gauche ? Pas question de prendre une option sans y avoir réfléchi… mais pas trop. A ce petit jeu, les chasseurs font mieux que les chassés : alignant des temps de passage incroyables, Daniel PROUST et Christian LANSON récupèrent le fauteuil de leader et ne le quitteront plus jusqu’à l’arrivée : 9 points de marge, c’est tout, mais c’est beau ! Même motif, même punition pour les époux QUIBOEUF, délogés du podium par les CHAPOTOT père et fille, auteurs d’un retour tonitruant. Sans leur erreur du premier jour, ce sont eux qui auraient remporté la mise, et haut la main…

JPEG - 351.9 ko
Jean-Luc Basty - Jacques Moreau

Mais en découvrant le classement final, agrémenté par les traits d’humour du facétieux Joël LAPLACETTE, speaker officiel des 24 heures du Mans, personne n’éprouvera le moindre regret. Même ceux qui ont raté des repères visuels, pinces ou lettres savamment planquées sur les 530 kilomètres du rallye. Une fois encore, c’est la bonne humeur et la convivialité qui auront primé tout au long du week-end. De quoi donner envie aux concurrents engagés en « Navigation » de changer de catégorie l’an prochain : le défi est lancé à Antoine HAMARD et Béatrice BAUMIER (Austin Mini) qui s’adjugent le classement « sans épreuve de nuit », et aux courageux Gilles et Claude DUBREUIL (Alpine A110), vainqueurs parmi ceux qui s’y sont aventurés. Et pourquoi pas dès le mois de juin prochain, pour la troisième manche du Trophée 2015, le Rallye Escoublac La Baule ?

Podium 2015 :
1 7 Daniel PROUST Christian LANSON ALPINE A 110
2 1 Antoine CHARRIERE Aurélie CHARRIERE VOLVO 123 GT
3 9 Damien CHAPOTOT Justine CHAPOTOT OPEL KADETT GTE
-> Les classements 2015

PNG - 98.8 ko

Texte : CART HISTORIQUE
Photos : Stéphane MOREAU (http://www.stephane-sport-auto-phot...), Quentin BARON (http://www.coucou-passion-rallye.com) et Henri AURIACOMBE (Photo/Flou)

photo1 : 1ers Daniel PROUST Christian LANSON

-> Revivre les éditions précédentes
-> Tout le calendrier Trophée Jouan 2015

[NDLR : un grand merci à Antoine et Aurélie Charriere d’avoir à nouveau emmené Newsclassicracing sur le podium ;-)]

 

Portfolio

 

Documents joints

 Classements 2015 (PDF - 38.2 ko)