La 21e Nuit provençale

21 ans, c’était l’âge de la majorité à l’époque de nos anciennes. Aujourd’hui, pour la Nuit Provençale, c’est l’âge de la maturité tranquille. Avec plus de 40 engagés pour cette épreuve du 8 mars et une météo enfin optimiste, l’équipe de Phocéa Productions avait de quoi être sereine et confiante.

JPEG - 112.2 ko

C’est dans le cadre habituel du Parc des Garrigues, à Rognes dans le Pays d’Aix, que les participants à cette manifestation sans chrono, avaient rendez-vous, afin de satisfaire aux traditionnelles vérifications administratives et techniques qui confirment que les équipages, tout comme les autos, sont conformes au code de la route.

Lors d’un court briefing Michel Vignal dévoilait un parcours jusque-là gardé secret, et insistait sur les conseils de prudence et de sécurité. Puis après une sympathique collation de quoi tenir jusqu’au lointain dîner, le départ était donné sous une chaleur déjà presque estivale.

Parmi tous les concurrents à s’élancer du car-podium du Conseil Général des Bouches du Rhône, il faut noter la présence de Claude et Josiane BONANSEA qui, à bord de leur CD Panhard de 1964, attaquaient là leur 19° participation sur 21 éditions. Si ce n’est pas cela la fidélité...

La première étape, longue de 210 km, commençait par une ancienne spéciale de la Ronde de la Durance : Saint Estève Janson, histoire de mettre en température les moteurs et les pilotes.
Le road-book, concocté et réalisé par Gilles et « Bilou », amenait ensuite la caravane à travers le Lubéron, pour s’engager dans la mythique spéciale Vitrolles / Céreste.

JPEG - 130.3 ko
Claude et Josiane Bonansea, fidèles à la Nuit Provençale

Une autre ancienne spéciale du Rallye Pétrole-Provence, la Bastide des Jourdan, permettait à tous de redescendre vers Beaumont-de-Pertuis, Mirabeau, St Paul-les-Durance et enfin Rians, où une halte assistance et ravitaillement en carburant était organisée sur le parking du Carrefour Contact.

La seconde partie de la première étape commençait mal pour certains, qui eurent beaucoup de difficultés à trouver la magnifique petite route de la Bérarde.
C’est ensuite en passant par Ginasservis (encore un nom bien connu des aficionados de sport auto dans le région), Gréoux-les-Bains, puis Quinson et Montmeyan, que les rescapés atteignaient Aups où la Mairie avait mis à disposition le parking du Jeu de Boules, et où un copieux et convivial repas était servi dans les salles du restaurant « Le Provençal ».

Une tarte aux poires et amandes, et quelques cafés plus tard, tous les équipages de cette 21° Nuit Provençale reprenaient le volant pour rejoindre Rognes, point d’arrivée de la balade.

JPEG - 119.5 ko
La R 5 Turbo 2 de Thierry Moisson

Tous, pas tout à fait, car on devait déplorer les abandons de Stéphane REYNIER ( Morris Cooper S), de Pascal ROUSSEAU ( Renault 8), de Christophe ANASTASIO ( R5 Turbo 2) et de Jean-Laurent TOPPIA (Porsche 924).
Fabrice ROUBAUD (R 5 Alpine Turbo), Patrick FLAMENT (Lancia Beta) et Carole RICHIER-LAFOREST (R 11 Turbo Zender), dont les problèmes mécaniques furent résolus à l’assistance, purent continuer leurs périples

Le passage retenu, lors des premières reconnaissances, par quelques petites routes aussi belles que ludiques, étant devenu impossible à cause des intempéries du mois dernier, c’est par un chemin presque direct que s’effectuait cette deuxième étape, tout de même longue de 110 km, et passant malgré tout par Puits de Rians, les gorges de l’Infernet et la route du Grand Sambuc, grands classiques procurant toujours autant de plaisirs forts en décharges d’adrénaline. De nombreux spectateurs (sangliers, lièvres, cerfs, etc...) étaient venus saluer le passage des chevaux vapeur, pour la plus grande joie de tous.

Malgré la fatigue, tout le monde se retrouvait, entre 2h et 3h du matin dans la salle du Parc des Garrigues où, comme c’est devenu la tradition, chacun racontait ses anecdotes, en buvant du café chaud et en avalant des viennoiseries. Plus tard, le tirage de la tombola voyait Pascal ROUSSEAU gagner un abonnement à Rétro Course, et Maurice JEAN un engagement à la 22° Nuit Provençale.

JPEG - 160.6 ko
Lola et sa maman Carole

A noter les excellentes prestations de la jeune Lola LAFOREST, qui naviguait sa maman Carole sur une R 11 Turbo Zender, et de son frère Ugo, qui co-pilotait son père Patrice, sur une R 5 Alpine Gr.2.

La Nuit Provençale serait-elle devenue une manifestation familiale ? On pourrait le croire, car dans l’Alfa Roméo 2000GTV, Dorian BARUGOLA assistait son père Jérôme, dans l’Alfa Roméo 147 GTA, c’était Lucas URGENTI qui naviguait son papa Fabrice, tout comme Sophie ARNAUD aux côtés de son père Lionel dans la 205 GTI.

Une fois tous les participants partis, les membres du bureau organisateur de Phocéa Productions improvisaient un rapide débriefing qui permettait à chacun de se féliciter de la bonne marche de l’épreuve, à tous les niveaux.

Il ne reste plus maintenant qu’à peaufiner la préparation de la 1ere Montée Historique du Col St Jean/Drôme Provençale, le 6 Juillet, de la 4° Montée Historique de Chabanon le 7 septembre, et surtout le 6° Provence sur Mer, rallye de régularité qui se déroulera les 18 et 19 Octobre, sans oublier, le 11 Novembre, la journée Plaisir & Passion au Circuit du Grand Sambuc.

Texte et photos : Alain Amalberti
-> Revivre les éditions précédentes

 

Portfolio