Il y a 60 ans la ’Birdcage’ domptait ’l’Enfer vert’

Il y a 60 ans, la Maserati « Birdcage » Tipo 61, pilotée par les Américains Gregory Masten et Llyod Casner, s’imposait lors de la septième édition des 1000 kilomètres du Nürburgring, la grande classique d’endurance organisée sur le terrifiant tracé de la Nordschleife.

PNG - 357.2 ko

Le duo de l’écurie Camoradi U.S.A Racing Team avala les 1000 km en 7h31.40. Ce succès permettait à Maserati de doubler la mise un an seulement après la victoire remportée sur ce même circuit, par Stirling Moss et Dan Gurney. Cette année- là une autre Maserati Tipo 61, toujours engagée par l’écurie Camoradi U.S.A Racing Team, se classait 5ème à un tour avec l’équipage constitué de Gregory Masten (U.S.A.) et de Gino Munaron (Italie).

La Tipo 61, qui dérivait très étroitement de la Tipo 60, est indéniablement le modèle le plus emblématique conçu par Giulio Alfieri. Le châssis reposait sur une structure complexe constituée de plus de 200 tubes. Cet assemblage lui donnait des airs de cage pour oiseaux, ce qui conduira la Tipo 61 à recevoir le surnom de « Birdcage ». Cette méthode de construction a permis d’obtenir un châssis plus rigide mais aussi plus léger que sur les autres voitures de course de l’époque, faisant de cette « barchetta » la meilleure propulsion à moteur avant de son époque.

JPEG - 76.4 ko

Maserati avait commencé à construire la Tipo 60 en mars 1959. A cette époque elle n’était équipée que d’un 4 cylindres en ligne de 1989 cm3 développant tout de même 200 ch. à 7800 tr./min. pour un poids de 585 Kg. Mais l’objectif de Maserati était de s’aligner au Mans ; la Tipo 60 devait donc évoluer pour se conformer aux règlements techniques de la célèbre épreuve d’endurance. Dès le mois de novembre, la Tipo 60 devenait la Tipo 61 et voyait sa cylindrée portée à 2890 cm3. La puissance faisait un bon en avant et offrait dorénavant 250 ch. à 7000 tr./min. Seul le poids grimpait à 600 kg. sans pour autant pénaliser la vitesse de pointe qui passait de 270 à 285 km/h. Malgré l’augmentation de la cylindrée et de la puissance, la consommation de carburant demeurait contenue. Un élément déterminant en courses d’endurance, où la Tipo 61 a pu réduire le nombre de ravitaillement.

JPEG - 43.3 ko

En seulement trois ans de production, de 1959 à 1961, les Tipo 60 et Tipo 61 ont régné en maîtres sur les circuits et les courses de côte. Ce châssis connaitra d’autres déclinaisons mais avec moins de succès. Dès 1961 la Tipo 63 recevait un 6 cylindres 3 litres qui allait déboucher rapidement sur une Tipo 64 où le bloc fut déplacé en position centrale. Contre toute attente, l’équilibre n’était plus le même et les résultats ne furent jamais à la hauteur des ambitions. L’ultime « Birdcage » la Tipo 65 recevait un V8 de 5044cm3 à double allumage qui délivrait 430 ch.

Article : Jean-François DUBY - Auto Full News
Photos : Maserati Press