Eifel Rallye Festival : superbe ambiance pour la 10e edition

Après une pause involontaire de deux ans, tout le monde était enfin de retour ces 21-23 juillet 2022 : les participants, les organisateurs, les commissaires et les nombreux fans.

Seule la météo a changé, comme si elle voulait récompenser tout le monde après 2 années d’absence : la dixième édition de l’Eifel Rallye Festival s’est déroulée sans aucune pluie.

Tout le monde était donc heureux de se retrouver pour célébrer ensemble l’anniversaire du Festival. En 10 éditions, l’Eifel Rallye Festival est devenu un rassemblement de classe internationale qui attire beaucoup de monde. C’était impressionnant de voir les parkings spectateurs pleins à craquer sur les spéciales ainsi que dans Daun, épicentre du rallye. Le centre ville a été bondé pendant tout le week-end et, lors de la séance d’autographes, peu avant sa fin officielle, les fans faisaient encore la queue dans une file qui mesurait bien plus de cent mètres de long.

" Même après une pause de deux ans, nous avons retrouvé nos automatismes pour faire un succès de cette épreuve ", a déclaré, ravi, le responsable de l’organisation Monsieur Otmar Anschütz. " La coopération avec les autorités, les municipalités, les communautés villageoises avec leurs pompiers et leurs clubs, les services d’ambulance, les clubs de sport automobile et enfin et surtout les quelque huit cents personnes assurant le bon fonctionnement du festival - tout a parfaitement fonctionné. Ce qui m’a particulièrement fait plaisir, c’est que tout le monde avait le sourire aux lèvres. De plus, l’éventail des participants était d’une qualité et d’une variété vraiment élevées - je n’aurais pas pu rêver qu’il soit meilleur, même dans mes rêves ."

Reinhard Klein, qui est l’homme responsable de la mise en place du plateau, a également tiré une conclusion positive :

" Avec ce Festival, nous voulons donner une "maison" à l’histoire du rallye, et au cours de ces dix ans, nous avons réussi à chaque fois mieux et au fil des ans, cela est confirmé par nos participants, la qualité des véhicules est également devenue de mieux en mieux. " Le plateau accueillant le maximum de concurrents possible de 155 voitures comprenant des originaux et des répliques fidèles des anciennes voitures de rallye formant ainsi une large représentation de plus de cinquante ans de l’histoire de ce sport. Les fans ont pu profiter d’une palette complète couvrant cinq décennies à l’occasion du 50e anniversaire du Championnat du Monde des Rallyes. Une large palette allant de la DAF 66 en passant par la Ford Escort RS1600, aux modèles Opel les plus divers ou des premières Toyota Corolla jusqu’aux bolides du groupe B si appréciés des fans. Pour terminer, les voitures WRC d’un passé récent ont également roulé sur les spéciales.

Le jeudi soir, le "Rally Mile" se transforme traditionnellement en cinéma en plein air. Les interviews des stars du rallye sont intégrées dans des images émouvantes et évocatrices du cinéaste Helmut Deimel. L’animateur Markus Stier, qui anime la soirée de manière divertissante et informative, a qualifié Deimel de « Steven Spielberg » de la scène des rallyes.

Thierry Neuville

La star de Hyundai en WRC, Thierry Neuville, était cette fois au départ au volant de la Peugeot 306 Maxi Kit-Car : " En termes de son, c’est probablement la meilleure voiture de rallye jamais construite ". Le Belge a ajouté : " Ca a marché pour moi de revenir ici, avec mon équipe, je passe juste un week-end entier à m’amuser ici. " Interrogé sur la situation actuelle pas facile dans le WRC actuel, il a répondu avec un clin d’œil : " Alors je n’aurai plus qu’à gagner ici dans l’Eifel. " Ce n’est pas facile dans une épreuve sans classement au temps, mais Neuville s’est fait une place dans le cœur des fans lors de son apparition dans le "petit hurleur". Simo Lampinen, pilote d’usine pour Lancia, Peugeot, Saab et Triumph entre 1960 et 1979, et également connu de beaucoup comme le directeur de longue date du Rallye des 1000 lacs dans sa Finlande natale. A l’Eifel Rally Festival, il a roulé avec Fred Walter pour quelques spéciales dans la Lancia Beta Coupé 1975, voiture avec laquelle il a participé au Rallye de l’Acropole 1975. " Ce Festival est tellement inspirant, Daun est actuellement le centre du monde du rallye. " a-t-il déclaré. Kalle Grundel, qui a conduit pour VW, Peugeot, Ford et Lancia dans les années 1970 et 1980, a remporté le championnat allemand des rallyes en 1985 dans la 205 T16. Il a ensuite conduit une 309 GTi pour Peugeot en Allemagne. " Bien que la 309 n’était qu’à traction avant, cette période en Allemagne a été un grand moment pour moi - j’aime toujours y repenser. Ici, je suis particulièrement heureux de retrouver autant d’amis. "

Stig Blomqvist

Et avec un coup d’œil à Stig Blomqvist, le champion du monde 1984, il a ajouté avec un clin d’œil : " Si le groupe B n’avait pas été interdit à l’époque, Stig ou moi aurions été champion du monde en 1987. " Blomqvist a enchainé sur la dangerosité des voitures du groupe B, notamment en cas d’incendie : " Si vous voyez dans le rétroviseur que ça fume, vous avez suffisamment de temps pour vous arrêter et sortir. ...." Pour moi, c’est toujours formidable de venir ici ", a déclaré Jochi Kleint. " Il y a tellement de gens ici qui aiment les premières voitures de rallye, c’est exactement pourquoi j’aime venir au Festival. " Cependant, sa participation avec la Ford Capri que Walter Röhrl avait piloté au Rallye Olympia de 1972 s’est terminée prématurément. " Un cardan s’est cassée. Nous l’avions commandé en Angleterre par précaution, mais il n’est pas arrivé à temps pour le Festival.  » Pour le plus grand plaisir des fans, il a ensuite pris le volant d’une Opel Ascona B avec laquelle il devint champion d’Europe en 1979.

Fabrizia Pons, désormais la copilote la plus titrée en rallye international, a eu quelques difficultés à passer en "mode Eifel" au début. " Jusqu’à présent, je ne connais aucun événement sans classement au temps et avec une manière aussi détendue de gérer les choses. Mais petit à petit j’ai compris le système et je pense que c’est merveilleux. " Elle a mis fin à sa carrière prometteuse de pilote car elle ne trouvait pas l’argent pour continuer. " Au final, c’était une bonne chose parce que ma place est du côté co-pilote. " Curieusement, Michèle Mouton, avec qui elle a eu tant de succès dans l’Audi Quattro, a commencé sa carrière du côté copilote. " Heureusement, nous nous sommes tous les deux retrouvés côte à cote. " L’un des pilotes les plus malchanceux du week-end du festival a été Harri Toivonen. Afin de tourner un film documentaire sur lui et son frère Henri, il s’est rendu au Festival avec une société de production télévisuelle et a commencé jeudi au volant de la Lancia Delta S4. La voiture du Groupe B tombe en panne lors du shakedown puis refuse complètement de fonctionner au départ de la première étape. " Néanmoins, ce fut un week-end brillant ici à Daun ", se réjouit le Finlandais.


Texte : Organisation - Motorsport-Club Daun e.V. im ADAC

Photos : Organisation & JM Biadatti - PhotoClassicRacing.com

-> Les éditions précédentes


 

Portfolio