12e Tour de Corse Historique #2 : Coup de chaud demain ?

Au coeur de la Corse, la course cherche à se dénouer. Hier, Erik Comas a marqué de son empreinte l’épreuve en signant cinq scratchs sur cinq. Mais aujourd’hui il a trouvé une résistance revigorée...

JPEG - 101.3 ko

La course en tête est loin d’être devenu limpide même si l’on retrouve les mêmes protagonistes. Si ce n’est qu’’entre les deux premiers, les affaires sont bouillantes. Comas à connu ses premiers soucis en début de journée et à l’inverse, Philippe Gache a retrouvé une Porsche revigorée par des ajustements dans les réglages des trains roulants afin de parfaire l’adaptation aux nouveaux pneus Pirelli. Ce soir à Porto, le pilote de la Porsche pointe en tête avec une demie seconde d’avance. Demain, le spectacle promet d’être grandiose ....

ANIMATION EN CLASSIC !

Derrière nos deux compères, Andruet est bien installé à la troisième place avec dans ses roues mais à distance Rédélé et sa minuscule Alpine.

JPEG - 158.4 ko
Muller/Pomares

Dans les autres catégories la course est tout autant animée. Notamment en Classic. Pour la première place, l’explication se passe entre Mondron(photo1) sur sa Porsche Kronos et Alain Muller sur son Opel Ascona. Si, hier Jean-Pierre Mondron était leader de cette catégorie Classic, le pilote Opel semble lui avoir soufflé la politesse à Porto. Derriére, on trouve les deux pilotes Citroën du team Daunat. Fred Daunat im self avec sa célèbre SM Coupé qui précède son copain Jean- Jacques Jullien avec sa splendide DS Coupé inaugurée au Maroc Historique où l’aventure avait été bien trop brève. En Corse, comme se plaît à le raconter son pilote, la DS se sent pousser des ailles "sur ces routes, avec son empattement court, c’est un régal et les encouragements du public sont très motivants..." Dans cette catégorie, la belle performance vient de Pastinelli sur sa minuscule Peugeot 104 ZS, cinquième.

ET EN VHRS AUSSI...

JPEG - 129.5 ko
L’ivresse des décors

Avec 200 voitures au départ, classées par catégories et tranches d’age, qui s’élancent de minute en minute, cela nous fait une fort longue caravane (plus de 3 heures...) et il n’est pas toujours aisé de suivre les débats à l’arrière du peloton et notamment au sein des VHRS où la compétition semble là aussi des plus animée si l’on en juge par les bouleversements perpétuels dans le classement. La régularité est un art délicat et la contre-performance ne semble jamais très loin du coup d’éclat.

Pour résumer les choses, c’est Jean- Claude Marsan de Monaco qui prenait les choses en mains lors de la première épreuve au départ de Ile- Rousse. Mais derrière, on trouvait l’italien Rossi sur sa Lancia Flavia de 1966. L’italien avait été un grand animateur de la course l’an passé et avec cette même voiture. Une affaire de spécialistes la régularité ? Sans aucun doute, tant les subtilités de la règle du jeu sont nombreuses et complexes. En troisième position on retrouvait Alessandro Olivieri, également une valeur sûre de l’an passé avec sa Ford Anglia de 1961, admirablement préparée à l’exercice.

BIS REPETITA ?

JPEG - 154.6 ko
Grande animation deavant l’église de La Porta

La course de cette édition allait-elle ressembler comme deux goutes d’eau à celle de l’an passé ? Pas sûr, même si l’italien Rossi remportait le second round. Jean-Claude Marsan garde le contact et de nouvelles têtes font leur apparition dans le haut du classement. Bernard Figuière (Porsche 911) pointe second, Eric Lefort (VW Scirocco) quatrième et Rolland Chabas (Peugeot 104 ZS) cinquième. Les écarts dans les pénalités étaient suffisamment réduits pour garantir une course indécise. En fin de première étape, c’est Eric Lefort qui menait les débats devant Jean-Claude Marsan et Bernard Figuière. Les italiens "référents" étaient tombés à la septième et...54 ème place pour Rossi.

MARSAN COMME LEADER.

Mais en VHRS plus que jamais, chaque jour suffit sa peine... La preuve, la hiérarchie établit la veille tombe en morceau des la première épreuve au départ de St Florent.

JPEG - 166.8 ko
La DS Coupé de Julien

Lefort et Marsan plongent un peu, Figuière limite la casse. Mais Marsan va réagir dans les épreuves suivantes. Si bien qu’à une seule petite épreuve de la rentrée en parc de Porto, terme de la seconde étape, le monégasque pointait en tête avec 183 points de pénalité devant Lefort (194 pts) et Bernard Figuière à 214 pts. Importants ces écarts ? Il se dit que non et que la course de demain sera également très animée. VHC, Classic, VHRS, bien malin qui, ce soir, pourrait avancer un résultat final...

Classement #2 VHC
1 Gache /Riviere Porsche 911
2 Comas / Vesperini Lancia Stratos
3 Andruet / Biche Porsche 911
-> Tout le classement VHC

Classement #2 VHRS :
1 Jean-Claude MARSAN / Sylvain LOMBARD PORSCHE 911 SC
2 Eric LEFORT / Alain LESIEUR VOLKSWAGEN Scirocco GLIi
3 Bernard FIGUIERE / Nathalie EUVRAY PORSCHE 911
-> Tout le classement VHRS


En bref...

LES SOUCIS DE MANZA...
Hier soir, Jean-Pierre Manzagol pointait à la quatrième place du rallye, placé en embuscade derrière le trio infernal : Comasq, Gache et Andruet. Prêt à sauter sur une proie blessée. Mais c’est lui-même qui a connu une journée très difficile. Le moteur de sa Renault 5 Turbo a perdu l’une de ses bougies et la perte de temps fut longue.

JPEG - 93.6 ko
Les assistances....

A Porto, Manzagol, pointait à la neuvième place mais le sourire, lui, était toujours sur le visage.

... ET DE COMAS
De toute évidence, Erik Comas avait bien préparée son affaire. En peaufinant la préparation de sa voiture, notamment. D’entrée, l’ex-pilote de Formule 1 frappa fort, imposant sa loi et prenant la tête de l’épreuve. Aujourd’hui, il a connu une journée plus difficile, connaissant des problèmes de boîte de vitesses lui coutant de précieuses secondes et même une pénalité. Dans la dernière épreuve du jour, c’est son moteur qui se mit à chauffer, sans vrai conséquence.

DE PLUS EN PLUS VITE !
Le rythme du rallye ne cesse de s’accroître et les performances de s’améliorer. Par rapport à l’an passé, avec une voiture identique et une même météo, les chronos sont bien meilleurs cette année

JPEG - 169.6 ko
... sont à pied d’oeuvre !

DES PERFS À SOULIGNER !
La tête du rallye semble bien tenue par Gache, Comas et Andruet mais derrière, les places sont chèrement acquises. Rédélé est toujours au bas du podium, on note les belles positions détenues par Jenot (5°), Bonnardel (6°), et Puren (7°). Servais avec sa 911 pointe à la dixième place et Philippon sur son Escort Mk1 à la onzième.

POPULAIRE.
N’en déplaise à quelques hauts dignitaires, le sport automobile à l’ancienne, à l’image de ce Tour de Corse Historique est l’occasion d’une grande fête populaire. Jamais le Tour de Corse Historique n’a connu une telle ferveur de la part d’un public venu en nombre et applaudissant à chaque passage. Par les temps qui courent, voilà qui est rassurant...

Texte : JBCom 92 /ALAIN BERNARDET
Photos : organisation

Site web : http://www.tourdecorse-historique.fr
ASA Terre de Corse Email

-> L’édition 2012 en vidéos : ici
-> Toute l’édition 2012

 

Documents joints

 Classement VHRS#2 (PDF - 22.4 ko)