12e Tour de Corse Historique #1 : Tout de suite au combat !

Comme à son habitude, la course n’a pas tardé à rentrer dans le vif du sujet et à livrer ses premières joutes, ses premiers temps forts et, aussi, ses premières désillusions. A St-Florent, le leader était Erik Comas...

JPEG - 101.3 ko

Sur le port d’Ile-Rousse, l’impression laissée par le parc fermé et ses 220 voitures alignées en bord de mer était forte. Le podium de départ avait hissé très haut les couleurs de ce Tour de Corse Historique. Le soleil était à peine levée que les premières mécaniques s’échauffaient.

Pour certains malheureusement, il n’était plus question de rallye. Toute la nuit, les mécaniciens d’Eric Clément ont oeuvré dans l’espoir de trouver une solution à ses problème de moteur. Pour s’apperçevoir qu’une soupape tordue lui interdisait de prendre le départ. Rageant !

ERIK COMAS D’ENTRÉE !

Pour Chantriaux, la nuit fut longue également, passée à replacer le moteur de sa Porsche 914/6, cassé la veille.

JPEG - 110.5 ko

Mais il reste inquiet à propos de la pression d’huile de son flat-six. Une à une, les voitures de course s’éloignaient d’île-Rousse pour rejoindre la première épreuve du jour. Vingt petits kilomètres au programme et un premier temps scratch pour Comas et sa Stratos. Juste retour des choses quand on se souvient que le tandem n’avait pur rejoindre le départ de la spéciale, en proie à des problèmes de transmission. Là, il devance Gache de 10 seconde, Andruet et Manzagol, à l’aise avec sa R5 Turbo..

LES PREMIERS SOUCIS.

Voilà la première hiérarchie de ce début d’épreuve. Mais pour certains, c’est aussi le moment d’un premier bilan. Pour Lajournade, c’est déjà fini, pont cassé sur sa Ford. Pour Besson aussi, roue ARD arrachée son sa belle Berlinette À 110. Pour Philippe Vandromme, c’est une panne de radio qui handicapa l’équipage alors que Bernard Fiorentino n’avait pas une confiance absolue dans son accélérateur qui avait tendance à se bloquer...

JPEG - 119 ko
Manu Jenot s’est montré très convaincant sur son Escort RS

Mais bon, il ne s’agissait que de quelques maux à solutionner d’ici le second chrono.

Pour continuer avec les petites anecdotes du rallye, Jean-Claude Andruet devait se tromper de route en se rendant à l’ES 2. Le temps d’un demi tour, de refaire le chemin à l’envers pour retrouver le "droit" chemin et l’on pressent des pénalités au prochains pointage. Ouf, de justesse évites. Cette seconde épreuve va confirmer la bonne forme de Comas : nouveau sçratch ! La hiérarchie est à peu près la même pour l’ES 1 si ce n’est que Gâche s’est fait souffler la seconde place par un Chantriaux très en forme sur sa 914/6. Troisième Gache et quatrième Andruet.

LES EXPLOITS DE RÉDÉLÉ.

Voilà donc Éric Chantriaux rassuré sur l’état de son moteur ? Pas pour autant, sa pression d’huile chute sensiblement avec le régime.

JPEG - 197 ko
Surprise de la journée : Jean-Charles Rédélé et son Alpine

La sanction vient dés l’ES 3, son moteur cédant pour de bon, cette fois-ci. Dans cette troisième épreuve, la belle Stratos de Philippe Vandromme refuse de démarrer. Le temps tourne et lorsque le V6 Ferrari claque enfin, 10 minutes se sont écoulées. Lourdes les pénalités finales. Mais quelques performances sont à souligner tout particulièrement.

Rédélé est un nom qui sonne bien en Corse et jean-Charles n’est autre que le fils du père des Alpine A110, si célèbres dans l’île pour ses victoires. Habitués des rallyes historiques, Jean-Charles réalise dans ce Tour des performances dont son père serait très fier. Un huitième temps pour planter le décor , suivi ensuite de deux cinquième temps et de deux quatrième temps ! Le tout avec une minuscule Alpine A110, certes magnifiquement préparée mais au milieu de monstres qui, comme à la belle époque, font plus du double de puissance. Voir une petite Alpine bleue aux avants-postes est un vrai émerveillement.

FIN DE JOURNÉE.

Pour Luc Lagier, les soucis sont différents et pour le moins insolites. Il a perdu le bouchon du réservoir d’huile de sa 911 qui bien sûr s’est vidé. Le voici donc arrêté à l’entrée de Tallone à la recherche de bidons d’huile.

JPEG - 114.5 ko
Des hauts et des bas pour JP Manzagol !

Bernard Fiorentino est lui aussi arrêté avec sa petite CG avec une double crevaison dans la dernière ESconnaisse vraiment les raisons à Soulignons le beau chrono (4eme) de Jenot sur sa Ford dans la dernière ES du jour.

Classement #1 VHC
Erik Comas rentre donc en première place à St.Florent, précédant Gache de 41 secondes, Andruet de 1’10" , Manzagol sur sa R5 turbo, puis Jean- Charles Rédélé et sa bien sympathique Alpine A110.
-> Tout le classement VHC

Classement #1 VHRS :
1 Eric LEFORT / Alain LESIEUR VOLKSWAGEN Scirocco GLIi
2 Jean-Claude MARSAN / Sylvain LOMBARD PORSCHE 911 SC
3 Bernard FIGUIERE / Nathalie EUVRAY PORSCHE 911
-> Tout le classement VHRS


En bref...

LES PLUS JEUNES...
Chez les Toedli, désormais on court en famille. Il y avait le père, champion de suisse, s’il vous plait. Depuis ce Tour de Corse voilà le fils Jeremy, 18 ans et quelques jours. Il a pris le départ de son premier rallye au volant d’une Ford Escort RS.

JPEG - 44.2 ko

Bon, il faut bien que l’apprentissage se fasse. Il est sorti de la route dans la seconde spéciale du jour... Tout comme Julie Julien, la fille de Jean-Jacques (DS Proto) qui est allée à la faute avec sa Visa 1000 Pistes.

AUSSI LES OUVREURS !
La vie de pilote de course n’est jamais un long fleuve..., vous connaissez l’adage. Hier, au terme des vérifications techniques, Pierre Carestia claquait le joint de culasse de sa Lancia. Aujourd’hui, c’est Pili De Lafontaine qui n’est pas allé très loin avec sa 037 Totip ex-Biasion. Sa boîte de vitesses manifesta très vite des problèmes. Mais le rallye est aussi fait de miracles : une boîte de vitesses fut trouvé et l’échange entrepris.

PÉNURIE ? L’assistance proposée à tous par Pirelli-Oreca à fait mouche parmi les concurrents.

JPEG - 61.8 ko

Qui plus est, le manufacturier occupe les trois premières places du général. Le stock au camion, lui, diminue rapidement.

LE PUBLIC PRÉSENT !
Plus les éditions passent et plus le Tour de Corse Historique se rapproche de son objectif majeur : restaurer l’ambiance des rallyes d’autrefois. Il suffit de s’attarder dans les assistances pour vivre des moments forts entre pilotes et mécaniciens. Et sur le bord des routes, le public est bien présent, toujours très enthousiastes. Pour certains, c’est l’occasion de se remémorer quelques souvenirs et pour les plus jeunes une vraie découverte...

ABONNEMENT.
La petite Matra 610 de Michel Malllier a de la suite dans les idées. On connait l’histoire de ce prototype imaginé par Matra .

JPEG - 194.7 ko

C’est la 3ème année consécutive que la voiture est alignée dans le Tour. L’an passé souvenons-nous qu’elle était pilotée par Pescarolo. Le plus amusant c’est que sa mise au point se poursuit, notamment pour combattre un souvirage chronique et redéfinir un bon étagement de boîte. OK pour la boîte mais pour le comportement...

Texte : JBCom 92 /ALAIN BERNARDET
Photos : organisation

Site web : http://www.tourdecorse-historique.fr
ASA Terre de Corse Email

-> L’édition 2012 en vidéos : ici
-> Toute l’édition 2012

 

Documents joints

 Classement #1 VHRS (PDF - 22.3 ko)