Challenge Endurance VHC Paul Ricard : Au bout du compte, c’est la Porsche qui gagne !

Ce n’est pas une constante mais un phénomène toutefois très fréquent en endurance. Et cela se reproduit en historique, avec, très souvent, une Porsche en haut du classement final.

JPEG - 112.1 ko

Cette fois, pourtant, si l’on imaginait la 911 RSR de Bernard Moreau intouchable en course, nous nous étions pris à rêver d’une surprise en provenance des protos ou, pourquoi pas, de la magnifique Pantera Gr3. En début d’épreuve, le pari semblait réaliste. Au départ, la Pantera prenait la tête, suivie par la RSR Gr 4. Las, après une heure de course, la belle italo-américaine ralentissait dangereusement. Que se passait-il ? De retour au stand, on diagnostiquait un bris de roulement de roue. La course n’était pas décapitée pour autant, comme le disait ensuite Bernard Moreau : « Certes, nous n’étions pas très nombreux au départ, mais nous avons tous évolué d’un duel à un autre duel. Et nous nous sommes régalés. On reviendra dès Dijon et on courra aux 2 Tours d’Horloge pour gagner ».

Le duel suivant ? Il l’opposait à Marc Alloend-Bessand et sa terrible Elva MK8 – BMW, préparée par Meca Moteur. Là aussi, la bataille faisait rage. Mais cette fois, c’est une panne d’alternateur qui renvoyait l’Anglaise au stand pour la durée de trois tours. On ne peut y réparer ou changer l’alternateur. Alors on lui installe une batterie neuve en espérant qu’elle tiendra pour le dernier tiers de l’épreuve.

JPEG - 73.4 ko
2e La Lola T598 d’Olivier Huez (aux couleurs de NCR !!)

Marc reprend le volant et attaque comme un fou pour remonter en quatrième position, en vue de l’arrivée. Là, coup de chance, c’est à la Porsche 914 Corse d’Antonini, alors troisième qui souffre de soucis de moteur dans les derniers tours. L’Elva l’avale littéralement et s’octroie un podium inespéré.

En deuxième position ? La Lola T598 d’Olivier Huez qui passe avec talent au milieu des pièges qui accablent ses concurrents. C’est en tout cas le sort réservé à la Lola T86/90 de Thierry Yvaren qui rentre au stand en feu à 15h18, de la belle March 81S de Nelson/Kubryk qui écope d’un stop and go en vue de l’arrivée, pour vitesse excessive dans les stands et de la Porsche 911 d’Olivier Rastit qui perd une roue. A noter l’étonnante performance de l’Osella PA6 de Wassermann/Lion qui bat le record du tour à quelques minutes de l’arrivée en 2’25 et qui roule alors depuis vingt minutes sur le même rythme que la Porsche vainqueur.

JPEG - 90 ko
Podium VHC

On ne sait toujours pas pourquoi elle n’était pas partie sur ce même rythme. Il lui aurait permis de s’imposer... L’Osella #28 de Lion termine cinquième. Philippe Boespflug de Méca Moteur se console donc avec le podium de l’Elva BMW de ALLOEND-BESSAND, “sa” Pantera étant restée au stand pour le compte. Enfin, notons également le très bon rythme tenu en fin d’épreuve par Tiga SC 82 d’Eric Di-Trento et Laurent Fort en fin de parcours. Elle semble, comme l’Osella avoir sous estimé son talent et sa fiabilité un peu trop longtemps en course !

-> Le classement VHC

Rendez-vous est pris pour Dijon (27-28-29 JUIN), dans trois semaines avec un Bernard Moreau tout heureux d’avoir vécu une course très intense.

PNG - 28.2 ko

Texte : Pascal Dro
photos : Christophe Brasco, Maurice Camus et Sportméca

-> Toute la saison VHC 2014

( le VHC démarre au bout de 3’42 :)

 

Portfolio