Rallye de Paris - 30 000 chevaux-vapeur à Longchamp

27e édition - 7 et 8 MARS - Le Mans 2020

JPEG - 50.3 ko

Incontournable évènement du début de saison pour les propriétaires de voitures de sport anciennes ou modernes, le Rallye de Paris donnait cette année rendez-vous à son plateau d’exception directement au mythique Circuit Bugatti.

Une entrée en matière fort appréciée par les quelques cent équipages réunis dès 8 heures sur la piste pour la remise des dossiers et le briefing.

De 9 h à 10 h, les pilotes impatients et fébriles de parcourir les 4,185 kilomètres, passer la chicane Dunlop et avaler la ligne droite des stands, s’élançaient à leur guise pour des séances libres, histoire de tester la piste encore humide des averses de la nuit.

Anciennes de légende prenaient leurs marques, telles ces Austin Healey 3000 1961, Chevrolet Corvette 1971 ou réplique parfaite de l’Alpine M64 GT 1965 qui, pilotée par Jean-Charles Rédélé, effectuait sa première sortie sur route.

JPEG - 302.7 ko

Les dernières nées de 2020 paradaient sous le soleil revenu comme la Ferrari 488 Pista Spider, la Lamborghini Huracan Evo, la Jaguar F-Type R. Les jeunettes, aussi rares que remarquables, assuraient un spectacle de qualité : Aston Martin Vanquish S 2017, Mercedes AMG GTR 2018, Alpine A 110 Legende 2019, Lamborghini Aventador SVJ 2019, Lotus Exige 410 2019 ou Mc Laren 600 LT Spider 2019.

Jusqu’à midi, le show était assuré par l’ensemble des GT de grand standing aux couleurs parfois psychédéliques rouge, jaune citron, bleu ciel, vert pomme, orange sanguine, argent, chromé, bleu métallisé. Réparties en trois plateaux pour des séances de roulage de vingt minutes, les belles mécaniques évoluaient sur une piste heureusement asséchée par le soleil et le vent.

JPEG - 161.9 ko

Cette matinée idéale s’achevait en beauté et tout en légende par l’organisation d’un départ type 24 heures du Mans. L’impressionnante file de ces autos aux lignes épurées, acérées ou sensuelles rangées en épi ; les pilotes au pas de course jusqu’à elles entre jubilation et anxiété ; le tour de piste en parade derrière le leading car… gravaient des souvenirs pour longtemps.

Après le déjeuner sur le circuit, les trois plateaux pouvaient, s’ils le souhaitaient, effectuer de nouvelles séries.

Le Mans – Deauville par les routes secondaires du Perche et du pays d’Auge

Les organisateurs donnaient le départ du CP 1 dès 14h30 pour une liaison, au road book, de 217 kms jusqu’à Deauville en traversant le parc Naturel Régional Normandie Maine.

JPEG - 122.5 ko

Le CP 2 à Livarot réservait une halte revigorante. Le manoir construit par Georges Bisson -fromager et maire de Livarot de 1919 à 1938- au cœur d’un parc paysager étaient le théâtre d’un bien étrange ballet. Gentlemen driver et co-pilotes dégustaient dans la grande salle du château tartes aux pommes maison et cidre Bio avant de repartir pour les 68 derniers kilomètres de l’étape.

Sur la ligne d’arrivée et au dernier CP de la journée, place Morny à Deauville, Monsieur le Maire et un public d’amateurs accueillaient le rallye pendant que le speaker de Rallystory, Julian Parish, présentait les voitures.

Deauville – Longchamp – Où 100 % des inscrits gagnent à l’hippodrome

Après le pot champagne, le dîner de gala, la soirée festive, la nuit douillette au luxueux hôtel Barrière du Golf, il fallait bien se remettre en selle.

Dimanche matin la liaison de 210 kms jusqu’à l’arrivée à l’hippodrome de Longchamp était ponctuée d’un pot dégustation sur la base de loisirs de Damville. Boissons chaudes, saucissons, camembert et cidre bio de la région réchauffaient les équipages quelque peu refroidis par le vent et la bruine persistante.

JPEG - 220.1 ko

A Longchamp, il s’agissait de fêter le pari réussi du nouveau Rallye de Paris : proposer, en une journée et demie, une belle part de circuit, de vraies routes de rallye, des lieux culturels et de bons produits régionaux.

C’est donc dans une ambiance très Rallystory, à la fois décontractée et fiévreuse, que Stéphane Giraud récompensait chaque équipage d’un original cornet de carburateur stylisé et offrait un bouquet de fleurs aux participantes pour célébrer la journée de la femme.

Les conversations allaient encore bon train lors du déjeuner de clôture dans un salon de l’hippodrome face aux 30 000 chevaux-vapeur au repos après ce rallye intense et rythmé.

Le Mans, Deauville, Longchamp un tiercé gagnant inédit pour Rallystory !

-> Liste des engagés 2020


JPEG - 22.1 ko

RALLYSTORY la passion automobile

©Philippe Fugier

-> Revivre les éditions précédentes


 

Portfolio

 

Documents joints

 Liste engagés 2020 (PDF - 1.2 Mo)