La Montée Historique des Tros Marêts 2018 (B)

Ce sont finalement près 100 autos d’une autre époque et souvent d’univers bien différents que les centaines de spectateurs ont pu voir déambuler sur les 4 kilomètres de la Montée Historique des Tros Marêts le dimanche 9 septembre ;

JPEG - 111.4 ko

Un soleil omniprésent a bercé toute la journée… "C’était même mieux que cela encore. Une ambiance familiale, ajoute Alain Solheid, l’organisateur. Nous avons vu des familles entières venir assister à cette épreuve. Des barbecues ont été improvisés ça et là, les buvettes n’ont pas désempli de toute la journée. On se serait cru à une fête de village, plus encore qu’à une course de voitures…"

D’ailleurs, de course, il n’en a jamais été question ce dimanche. Aux Tros Marêts, les pilotes amateurs et les plus chevronnés ne se concentrent que sur le plaisir de la glisse et du spectacle. Sans chrono, ni classement… "Chaque participant a pu effectuer jusqu’à 6 ou 7 montées, seul ou accompagné par des copilotes occasionnels, ajoute l’organisateur. Des pilotes qui se sont régalés, eux aussi. A l’image de François de Spa, qui m’a glissé ne pas comprendre pourquoi il avait attendu 50 ans pour venir ici…"

Le Verviétois démarrait la journée en mode ‘prudence de sioux’ avant de hausser le rythme au volant de sa Lotus Elan victorieuse au Maquisard en août dernier. Un rythme qu’imprégnaient dès le matin des garçons ‘au grand cœur’ comme Markus Müller (Opel Manta), Michaël Dubois (Ford Escort MK2 alimenté par un gros moteur Cosworth), Pieter Gouwy (Nissan Silvia survitaminée de 375 chevaux) ou encore Christian Fortemps, qui a dû laisser quelques centimètres de gomme sur chacun des 35 virages…

JPEG - 302.2 ko
JPEG - 64.4 ko
JPEG - 541.5 ko

Une fête écourtée pour Bernard Herman (cardan cassé), Bruno Blaise (durit) et Emile Prémont (casse mécanique) sur le tracé. Mais pas au bar proche de la ligne de départ, où chacun y allait de ses anecdotes personnelles…

Le prix de l’élégance 2019 revenait sans conteste à Philippe Quy et sa compagne qui arboraient fièrement leur MG J2 de…1935 !

Avec un bilan aussi positif, pas étonnant que le comité organisateur annonce que désormais, l’événement sera annuel. "On peut déjà tabler sur un copier-coller pour 2019, confirme Amain Solheid, qui a retenu la date du 8 septembre 2019 pour la prochaine édition des Tros Marêts. Celle-ci doit encore être avalisée par l’ASAF. On vous tiendra informés…"


PNG - 53.5 ko

ASAF - Association Sportive Automobile Francophone
Texte et photos : Vincent Franssen & Com

-> Les éditions précédentes


 

Portfolio