Spa Summer Classic 2018 : les concurrents du box 15

Spa Summer Classic, organisé par les Belges de Roadbook fait partie des 3 événements majeurs du sport automobile historique belge circuit avec Spa Classic et les Spa Six Hours.

JPEG - 15.3 ko

On peut même dire que c’est l’anti-chambre de cette dernière épreuve. Un nombre important de plateaux, très fournis, à forte consonance anglaise dont parfois certains sont un peu hétérogènes mais aussi de beaux plateaux comme le NK HTGT hollandais dont on ne se lasse pas avec ses bagarres de Corvette, Falcon, Cobra et autre TVR Griffith, le nouveau plateau des Spa One Hour destiné aux Voitures de tourisme et GT des années 60 à 80 et les Spa 3 Hours, en partenariat avec l’Iberian Historic Endurance et le CSCC Classic, qui s’est imposé en seulement 3 ans comme le petit Spa Six Hours avec plus de 70 voitures au départ cette année.

Les Spa 3 Hours 2018

JPEG - 344.9 ko
Le Box 15

Nous nous sommes intéressés prioritairement à cette épreuve et particulièrement au travers des concurrents du box 15. Dans ce box, il y avait 4 voitures en provenance de l’ASAVE que les amateurs de l’Historic Tour FFSA connaissent bien. Par ordre de numéros, étaient donc présents la Chevrolet Corvette C2 (#69) de José Beltramelli associé ici avec son fils Brady, la Ford Capri RS (#121) de John Doe et Régis Prévost, la Porsche 911 ST (#143) de Damien Sionneau et Manuel Pereira et l’Alfa Romeo 2000 GTAm de (#333) Guillaume et Grégoire Colinet.

JPEG - 335.1 ko
John Doe & Régis Prevost

La première épreuve était de s’équiper de pneus Dunlop obligatoires sur cette épreuve, mais pas facile à trouver, il n’y avait pas de camion Dunlop comme cela peut se faire sur d’autres épreuves, mais au final, tout le monde a trouvé ce qu’il lui fallait. Dès les qualifications qui avaient lieu le vendredi en fin d’après-midi, les équipages allaient connaitre des fortunes diverses comme José Beltramelli qui voit tous ses temps annulés pour dépassement des limites de la piste alors qu’il avait signé un excellent 10ème temps, il partira alors du fond de grille. Excellente qualification pour l’Alfa Romeo des frères Colinet qui signent le 17ème temps scratch saluant de belle manière le retour de Grégoire sur les pistes après 6 ans d’absence. On re trouve ensuite la Porsche #43 qui, avec un équipage très homogène, signe le 29ème temps. On retrouve enfin en 40ème position la belle Capri RS préparée par SMG et maintenue par Thibault Degraeve de SAS Chrono. Aux avants-postes, on retrouve deux Ford GT 40, celle d’Oliver Bryant / Graham Bryant signant la pole avec 1,1 secondes d’avance sur celle de Craig Davies / Andy Newall.

JPEG - 311.2 ko
José & Brady Beltramelli

La course se déroule le samedi, en point d’orgue de la journée à 19h pour une arrivée à la tombée de la nuit. Météo fraîche mais sèche et les ennuis commencent pour certains de nos équipages français avec une erreur de mise en place sur la grille pour la Porsche #43 qui se retrouve 40ème au lieu de 29ème et encore pire pour John Doe sur la Capri #121 qui se retrouve à partir des stands derrière le peloton. Départ de course propre malgré le nombre de voitures en piste et c’est partie pour 3 heures de courses intenses. Exceptionnel début de course pour José Beltramelli qui se retrouve 18ème dès le 2ème tour, mais dans le 3ème tour des coupures moteurs l’oblige à s’arrêter au stand. Il repart, mais le moteur coupe de nouveau en piste dans le secteur de Blanchimont... Retour au stand sur la dépanneuse pour constater que l’allumeur est HS ! C’est déjà l’abandon après seulement 11 minutes de course... la poisse pour le Team Pilote 69 !

JPEG - 294.7 ko
Damien Sionneau & Manuel Pereira

Pour Damien Sionneau sur la Porsche 911, c’est un festival : en 10 minutes de course, il reprendra 10 places ce qui, au moment du premier relais, positionne l’équipage en 18ème place au général et 3ème de la catégorie. Excellent début de course de l’Alfa Romeo GTAm "Paris Match" qui navigue autour de la 10ème place au général, excusez du peu. Début de course sage pour la Capri #121 qui perdra toutefois quelques places pour n’avoir pas profité du Safety Car pour effectuer le changement de pilote.

JPEG - 413.9 ko
Changement du boulon pour l’Alfa Romeo

Dans les stands, ça s’agite pour les premiers arrêts et chacun a sa stratégie car le réglement impose de ne pas faire plus de 70 minutes d’affilée. Chez les frères Colinet, la stratégie était décalée avec un premier arrêt prévu au bout de 30mn histoire de ne pas se trouver en même temps que tout le monde dans la pitlane. Malheureusement, cet arrêt sera bien long à cause de la rupture du boulon de l’axe de pont qui surviendra dans un des endroits les plus rapides et dangereux du circuit : l’Eau Rouge. Deux arrêts seront nécessaires pour réparer faisant perdre près de 40 minutes aux frères Colinet.

JPEG - 432.8 ko
Pitstop pour la Porsche #43

La ronde continue en piste, les pilotes sont dans le dur avec un gros trafic et avec les écarts de performance entre les autos, il faut rester prudent pour ne pas s’accrocher et arrêter là définitivement la course. Après le 2ème arrêt au cours duquel la Porsche fera son unique ravitaillement, ravitaillements qui s’opèrent à la stations service se trouvant dans le paddock du circuit, l’équipage connaitra une alerte suite à un sur-régime qui provoquera un arrêt au stand anticipé, le temps que Jimmy Ruffini de Gaston Racing vérifie que le moteur puisse poursuivre la course. L’équipage en profitera pour effectuer son dernier changement de pilote. Chez John Doe et Régis Prévost, la course poursuit son cours avec des temps qui s’améliorent tout au long de la course malgré une boite dont la 4 fonctionne de manière aléatoire. Ce ne sera pas, par contre, un long fleuve tranquille pour les frères Colinet qui abandonneront lors du dernier arrêt au stand pour cause d’alternateur défaillant, ceci malgré l’intervention sympathique de la famille Beltramelli qui mettra la main à la pâte pour tenter de faire redémarrer la belle.

JPEG - 360.6 ko
John Doe & Régis Prévost

Deux équipages sur quatre du box 15 arriveront donc au terme de cette épreuve avec la Porsche 911 de Damien Sionneau / Manuel Pereira qui termine à la 25ème place au général et qui perdent de très peu dans les dernières minutes de course la 3ème marche du podium dans leur catégorie ce qui occasionnera bien un peu de déception, mais toute l’équipe demeure satisfaite d’être à l’arrivée avec une auto qui n’aura pas fait défaut. La Ford Capri de John Doe / Régis Prévost termine quant à elle 32ème et 5ème de sa classe. Une belle aventure que les équipages se promettent de revivre l’an prochain, mais d’ici là, il y aura les Spa Six Hours et il n’est pas dit que certains y participent !

Cette épreuve d’endurance aura été dominée par la Ford GT40 de la famille Bryant loin devant deux équipages belges composés de Peeters / Zurstrassen sur Elva Mk8 et Dupont / Lambilliotte sur TVR Griffith.

Vivement l’an prochain !


Spa 3 Hours 2018

JPEG - 365.1 ko
1er - Oliver Bryant - Graham Bryant
JPEG - 354.2 ko
2e Guy Peeters - Tom Zurstrassen
JPEG - 355.4 ko
3e Michel Dupont - Philippe Lambilliotte

PNG - 25.5 ko

->Voir tous les résultats de l’édition 2018
-> Revivez les éditions précédentes

Texte : NewsClassicRacing - © Photos : PhotoClassicRacing.com


 

Portfolio