Mondial de l’Auto - Paris 2018 : le temps de la course !

Le palais des expositions de la porte de Versailles accueille depuis jeudi dernier l’édition 2018 du salon de l’automobile de Paris. Ce salon qui fête cette année ses 120 ans voit son appellation de Mondial quelque peu usurpée.

PNG - 56.9 ko

En effet jamais une telle désaffection de constructeurs automobile n’avait été vue sur une manifestation de ce genre. Abarth, Alfa Romeo, Ford, Fiat, Jeep, Mazda, Mini, Mitsubishi, Nissan, Opel, Subaru, Volkswagen ou encore Volvo sont absents. La place ne manque pas dans les différents halls et une large place fut accordée aux voitures anciennes dont quelques versions de course. La cité de l’automobile de Mulhouse était présente avec une Lotus 33 de 1963 Châssis N°R9 ex Jim Clark. Cet exemplaire fut tour à tour après sa carrière sportive la propriété de Jo Bonnier puis de Jo Siffert. Autre rareté sur le stand une Gordini Type 16 de 1953 utilisée en son temps par des pilotes comme Jean Behra ou Paul Frère. La belle surprise est à mettre au crédit de Renault qui expose plusieurs voitures marquantes de son histoire dont l’étrange Nervasport des Records de 1934. Ce véhicule dessiné pour battre des records est propulsé par un 8 cylindres de 4.8 L. connaîtra son heure de gloire à Montlhéry.

JPEG - 95.7 ko
Gordini Type 16 de 1953
JPEG - 97.4 ko
L’Etoile Filante
JPEG - 82.7 ko
La Jamais contente

Une autre pépite de la marque au losange trône dans la hall consacrée à l’exposition « les routes mythiques ». En effet l’Etoile Filante est rarement exposée. Cette voiture propulsée par une turbine à gaz de 270 ch. a décroché une record de vitesse (308,85 Km./h.) en 1956 dans sa catégorie. Etrangement et pour notre plus grand plaisir d’autres voitures de courses agrémentent cette exposition comme le Range Rover de la Trans-African Challenge de Franz Hummel (1990). Dans la même catégorie l’étonnante Rolls-Royce Silver-Shadow du Paris-Daker 1981. Sous le capot de ce monstre a pris place un V8 Chevrolet de 5750 cm3 développant 360 ch. couplé à une transmission intégrale et une boîte de vitesses GM. Restons sur le hors-piste avec la Peugeot 405 Pikes Peak de 1989. Si le siège est siglé Ari Vatanen, il s’agit par contre bien du châssis de Robby Unser. Le Mans est également à l’honneur avec la présence de la Renault Alpine A442 de Pironi et Jaussaud vainqueurs en 1978. Pour finir cette visite, un petit clin d’œil à « La Jamais contente » qui brisa le mur des 100 Km./h. avec ses moteurs électriques, de quoi affoler les intégristes du 80 Km./h.

ARTICLE et PHOTOS : Jean-François DUBY
photo1 : Nervasport des Records de 1934

 

Portfolio