Les deux Tours d’Horloge 2014 : la fête fut belle

Superbe victoire de la Porsche 964 Cup des allemands Mulder / Simon / Pentz / Simon

Les vainqueurs de l’édition 2014 des « 2 Tours d’Horloge » auront réuni tous les ingrédients qui font le succès dans les courses d’endurance.

JPEG - 215.4 ko

Les Allemands Patrick Simon, Peter Mülder, Jürgen Peutz et Marc Simon remportent en effet l’épreuve historique chère à Eric Van de Vyver, de retour cette année au calendrier du Challenge Endurance VHC grâce à leur régularité, associée à de très probantes performances. La fête fut belle et l’équipage victorieux n’en fut que plus méritant !
Placée en deuxième ligne de la grille de départ, la Porsche 964 Cup n°75 a savamment attendu son heure pour se porter en tête. Loin de rencontrer les soucis techniques de ses rivales, la GT allemande a navigué entre les 2e et 4e places durant la première partie de l’épreuve et s’empara des commandes pour la première fois à 1h31 du matin, profitant de l’arrêt opéré par la March 81S n°51 de l’Equipe Palmyr aux mains de « Nelson », Christophe Kubryk et François Belle.

JPEG - 78.2 ko
Top départ

Ce n’est ensuite qu’au terme de la 12e heure, soit exactement à mi-parcours, que la Porsche s’empara définitivement de la tête. Une régularité telle qu’elle franchit le drapeau à damier avec une avance de 16 tours sur sa première poursuivante, l’Elva MK8 S n°5 des frères Dutoya, Laurent et Pierre, associés à Lionel Robert.
L’Elva MK8 S n°5 avait eu le privilège de réaliser la pole position des « 2 Tours d’Horloge », mais les ennuis débutèrent dès les premiers tours lorsqu’aperçu au ralenti, le proto regagna son box à la remorque. Pointé en 18e position après une heure de course, les Dutoya / Robert cravachèrent pour remonter au classement. 10e, 5e, ils pointaient déjà en 4e position après 6 heures, mais des problèmes d’allumage, puis la rupture d’un tirant de suspension, les repoussèrent en 6e position. L’auto parvint à remonter au 2e rang durant la nuit, avec des meilleurs tours en course à la clé, mais les soucis revinrent au petit matin lorsque des soupapes défectueuses leur firent perdre une vingtaine de tours. Elle conserva sa place, mais un tour, seulement, les séparait de la BMW 635 CSI n°635. Les performances de l’équipage Meca Moteur leur permirent cependant de ne plus être inquiété et de grimper sur la deuxième marche du podium tout en remportant la catégorie Protos.

JPEG - 91.8 ko
2e L’Elva MK8 S n°5 Dutoya / Robert

Bon an mal an, cette BMW n°635 du Schumann Motorsport sur laquelle se sont relayés un autre quatuor allemand, composé de Peter et Jürgen Schumann, Alexander Köppen et Joachim Kiesch, joua quasiment constamment les premiers rôles et il ne fallut qu’une fuite d’essence à 22 h et un changement de boîte de vitesses une heure et demi plus tard pour les voir figurer en 10e position. Mais grâce à une fin de parcours menée tambour battant sans le moindre pépin, elle compléta le top-3 dont fut privée la March 81S de l’Equipe Palmyr. Longtemps leader de l’épreuve, l’équipage « Nelson » / Kubryk / Belle dût en effet procéder à un changement de joint de culasse en récupérant en début de soirée la pièce adéquate installée sur le moteur des qualifications.

Le quinté de tête de l’épreuve est complété par la toujours très régulière Alpine M63 B n°61 de l’équipe Locaban. A son volant, Gérard Besson, Marc Peccolo et Francis Dougnac ont appliqué toutes les règles propres à l’endurance et ne furent ralentis qu’en milieu de soirée, pendant une demi-heure, à cause d’une rupture de triangle de suspension, puis pendant 40 minutes durant la nuit pour changer l’alternateur. Elle franchit cependant la ligne d’arrivée avec 6 tours d’avance sur l’Alfa Roméo Giulia Sprint GT n°44 du Gemo Sport d’Eric Baumard, Guillaume Blancardi, Frédéric Attia et Olivier Huez.

JPEG - 89.2 ko
3e BMW n°635 du Schumann Motorsport

Derrière le team savoyard figurent la Porsche 911 n°25 de la structure Cogemo confiée à Christian et Sébastien Morales et Laurent Cohen, devant la TVR Griffith n°11 d’Eric Van de Vyver, Alex Meynard, Alain Giavedoni et Jean-Pierre Mothe, puis les deux Datsun Nissan 240Z n°56 et 57 du Z Racing Club des équipages Benjamin et Tristan Miroux / Haustraete et Rey / Eberhard / Trivier. L’équipage 100% familial de la BMW 2002 n°144, composé de David Ferrer et de ses trois enfants, Sarah (déjà au départ en 2012), Jérémy et Alexandre, échoue pour sa part aux portes du Top-10. Quant aux féminines Laure Van de Vyver, Carol Quiniou, Capucine Caillet et Nathalie Hamon, elles ont fait montre d’une belle régularité mais l’aventure prit fin peu avant 4 heures du matin à cause d’une casse moteur.

Cette édition de la renaissance des « 2 Tours d’Horloge » fût marquée par trois interventions de la voiture de sécurité après quatre heures de course, puis durant la nuit, vers 4 heures du matin, et enfin à quatre heures de l’arrivée.

JPEG - 91.5 ko
Les vainqueurs 2014

La première neutralisation intervint pour dégager la Porsche 911 3,0 litres RSR Polybaie n°1 de Bernard Moreau, Miguel Langin et Michel Mitieus, victime d’un tête à queue qui la bloqua en milieu de piste. Et malheureusement pour les derniers vainqueurs de l’épreuve, leur course prit fin à 20 heures. La Porsche 911 3.0 RS n°15 du Nourry Compétition, enfin, fut ralentie d’entrée par un problème de bobine d’allumage. Michel Nourry n’avait jamais subit cela auparavant !

Batailles en piste, bouleversements dans la hiérarchie, ambiance dans le paddock 24 heures durant, l’épreuve a tenu ses promesses et la fête fut rendue plus belle encore par la présence des nombreux Clubs de voitures anciennes qui avaient fait le déplacement. Rien que pour l’amour des VHC et le magnifique soleil, omniprésent durant le week-end, le circuit du Castellet méritait plus que jamais que l’on y fasse le déplacement !

PNG - 28.2 ko

-> Le classement final

Texte : VdeV
photos : VdeV et JM Biadatti www.photoclassicracing.com

-> Toute l’édition 2014 et l’édition 2012

photo1 : les vainqueurs Mulder / Simon / Pentz / Simon (©JMB)

 

Portfolio

 

Documents joints

 Les résultats (PDF - 863.8 ko)