La 2e Route des Andes : jusqu’au Cap Horn !

Rallystory, du 16 au 22 février 2018, a mis le cap sur les terres les plus australes de la planète !

El Calafate – El Chalten – El Calafate – Puerto Natales – Punta Arenas – Rio Gallegos - Ushuaia

Derniers préparatifs
PNG - 708.3 ko

A El Calafate, l’équipe de mécaniciens se concentre pour remettre en route les 21 automobiles participantes, à l’arrêt moteur depuis plus d’un mois du fait de leur long voyage en containers depuis l’Europe : une panne électronique sur la Porsche 911 2,4 S 1973 ; un fil cassé sur la Bentley Flying Spur 1960 ; une roue à plat ; un ralenti persistant sur l’Aston Martin V8 Vantage 2005. Puis, il est temps pour les participants de reprendre possession de leurs montures et de faire les pleins d’essence.

Des rencontres et des spécialités

Pas de rallye automobile sans une touche de belles rencontres et la dégustation de la gastronomie locale. L’accueil chaleureux d’El Chalten, petite ville de sportifs et d’artisans, est une formidable mise en bouche. Chaque équipage se voit offrir par l’artiste Maria-Teresa un marque-page peint au petit-doigt et personnalisé au numéro de leur voiture.

JPEG - 106 ko

La traditionnelle fête du Lac à El Calafate est visiblement un rendez-vous incontournable. La ville est très animée et la prise d’assaut des stations d’essence nécessite l’organisation d’un ravitaillement spécial pour les concurrents devant l’hôtel Los Alamos. C’est aussi le moment de déguster l’agneau grillé, spécialité de Patagonie accompagné du vin de Malbec. A cette occasion, le club de voitures anciennes d’El Calafate organise même un défilé en ville mêlant les automobiles du club à celles de la « Route des Andes ». La parade attire des milliers de spectateurs confirmant la formidable passion des Argentins pour l’automobile ; la Bentley 4,5 L Le Mans 1932, la Jaguar XK150 1959, la Ford Mustang 1964 et autres Ferrari 328 GTS 1986 et 1989 remportent un vif succès.

Au Chili, à Puerto Natales, ville étape, le rallye loge au Singular, une ancienne usine de congélation de viande, un lieu historique parfaitement transformé en un luxueux hôtel de bord de mer et dans lequel les machines d’époque ont été conservées. Le lendemain, un restaurant, établi dans un des anciens ateliers et équipé d’une gigantesque cheminée, régale les participants d’excellentes grillades, dont du guanaco (camélidé sauvage très répandu en Amérique du Sud). Le poisson, quant à lui, s’invite délicieusement à table à Ushuaia sous la houlette d’un chef français, « Chez Manu » où le rallye fête joyeusement l’anniversaire du pilote de la Porsche 924 1981.

JPEG - 107.8 ko

Des paysages à couper le souffle

Quelles images resteront gravées dans la mémoire des protagonistes parmi toutes ces beautés ?
• La vision du pic du Fitz Roy avec ses 3 600 m dominant les lacs comme entrée en matière ;
• La visite du glacier Perito Moreno en bateau : le tonnerre des glaces qui craquent ; la glace bleue parfois haute de plus de 100 m ; les icebergs puis la promenade pédestre sur des passerelles aménagées afin d’admirer ce paysage unique ;
• Le circuit guidé au Chili au cœur du parc de Tores del Plaine pour compléter la légende de la Patagonie ;
• Ou le retour sur les souvenirs des cours de géographie lorsque le rallye découvre à son tour le détroit de Magellan et se voit décerné un diplôme après avoir parcouru la route qui mène au bout du continent et admiré les bateaux de pêche qui s’y regroupent.

Un rallye qui prend de la hauteur

La route qui traverse la Terre de Feu est en travaux sur plus de 100 kilomètres du côté chilien. Une bonne excuse pour s’envoler jusqu’à Ushuaia, déjeuner dans la baie mythique du bout du monde avant l’antarctique, et enfin, consacrer son temps libre à la découverte du site en hélicoptère.

Tourner sur le circuit José Muniz

JPEG - 92.5 ko

Surprise sur le circuit automobile à l’entrée de la ville de Rio Gallegos : plus de deux mille spectateurs se sont déplacés pour admirer les autos de la Route des Andes. La direction de course établit deux plateaux, un Classic et un GT. Les pilotes de l’Audi Quattro 1989, de la Porsche 911 2.7 1974, de l’Audi Spider 2011 comme de la Nissan GTR 2012 ou des Mercèdes 500 SL et AMG GTS de 2017 se font particulièrement plaisir sur ce circuit rapide et plat malgré un vent fort et persistant.

Malheureusement, la Lamborghini Countach ne fait pas partie de la fête : un problème moteur important a contraint l’équipage à abandonner le matin même à 45 kms du poste de douane argentin. La Porsche 911 S 2,4 Targa, très véloce depuis que le petit fusible défaillant a été démasqué, effectue un magnifique tête-à-queue dans une courbe et y perd son pare-brise ; la voiture repart mais la joie de l’équipage est de courte durée, le vent souffle trop fort et la voiture rejoint la Lamborghini sur le camion-remorque surnommé par le Rallye « El Mosquito ». Chacun effectue deux sessions avant de déjeuner en bord de piste de traditionnels assodos (mouton rôti) de qualité. Rallystory, avec fierté, se voit décerner par le Président de l’automobile Club et son équipe un diplôme d’honneur.

JPEG - 100.2 ko

Il est temps de repartir pour une dernière étape de 300 kilomètres, non sans avoir effectué un tour de circuit à vitesse réduite pour former une parade multicolore emmenée par la Lamborghini Huracan 2015 et remercier organisateurs et spectateurs.

Vive la Patagonie !

La remise des prix a récompensé chaque auto, de la plus ancienne à la plus récente, pour avoir parcouru et partagé plus de 2 000 kilomètres sur des routes en excellent état et sans trafic superflu avec une conduite exemplaire, un pilotage de gentlemen comme l’aime Rallystory !

Après ces deux Routes des Andes, l’Amérique du Sud livrera-t-elle encore de nouveaux secrets à Rallystory ? A suivre…

-> Classements 2018
-> Liste des engagés
-> Le programme 2018


JPEG - 22.1 ko

Rallystory 30 ans de passion automobile
www.rallystory.com

@Nicolas Bernard

-> Tout 2018... et l’édition 2016


 

Portfolio

 

Documents joints

 Classements 2018 (PDF - 94.4 ko)
 Liste des engagés 2018 (PDF - 130.8 ko)
 Programme 2018 (PDF - 122.1 ko)