Contact Recherche avancéeé
 

La 23° Nuit Provençale - Souvenir Claude Bonanséa

News Classic Racing | Publié le 23 mars 2016

Entre Sainte-Baume et Sainte-Victoire, la dynamique petite ville de La Bouilladisse accueillait, le samedi 5 Mars, la Nuit Provençale, dont c’était la 23° édition. Epreuve atypique et incontournable, cette balade sportive au road-book, alliant convivialité, gastronomie et passion pour les "anciennes", présentait une liste des engagés forte de 57 équipages.

JPEG - 131 ko

Un seul forfait était à déplorer, celui de Maxime HERICAUT, dont la Porsche Carréra RS restait bloquée à Genève par les fortes chutes de neige... Tout comme l’an dernier, le parking du boulodrome était affecté, dès 14heures aux vérifications techniques, alors que l’administratif investissait le kiosque buvette, où étaient déjà installées les traditionnelles machines à café.

Le plateau, très hétéroclite, voyait les youg timer, comme des 205 GTI ou Rallye, côtoyer des autos mythiques, telles la Peugeot 203 de 1951 et la Jaguar XK 140 de 1957, venue par la route, de Clermont-Ferrand. Mais la plus grande partie était composée de voitures des années 1970/1980 : Renault 5 Alpine, Simca 1200S, Rallye II, Berlinette Alpine, une très belle Autobianchi A112 Abarth pilotée par un équipage féminin, et quatre Renault 4 "très spéciales". A noter qu’un problème moteur sur la Datsun Sylvia Turbo aurait dû contraindre Vincent Morin à l’abandon, avant même d’entrer en parc fermé, si une grande chaîne de solidarité amicale n’avait permis la réparation du turbo, et donc la participation de l’équipage du Team Go On.

JPEG - 152.9 ko

Vers 17 heures, c’est dans les locaux de l’école primaire que Michel Vignal, le Président de Phocéa Productions, procédait à un briefing durant lequel il présentait le parcours, jusque là tenu (à peu près) secret, et qui comptait pas loin de 80% de routes nouvelles. Itinéraire ludique à souhait, alternant portions rapides et techniques, au milieu de paysages grandioses. Il insistait sur les habituels conseils de prudence, avant de convier l’assemblée à une copieuse collation offerte par la municipalité ; de quoi attendre les lointaines agapes de la nuit.

Le départ était enfin donné devant le car-podium du Conseil Départemental, et les équipages s’élançaient, en guise de hors d’œuvre, sur l’étroite route des Boyers, puis vers les Bosq, le Plan d’Aups, et la Roquebrussane. Suivait la traversée de la Celle, avec les ruines de son abbaye du XI° siècle, et enfin Brignoles, l’ancienne capitale des Comtes de Provence.
Les participants découvraient ensuite le lac de Carcès, avant de passer à Entrecasteaux et de rejoindre la petite route de Mentone, avec sa bande d’herbe au milieu et son vieil aqueduc. Plus loin, après avoir franchi, à contre sens, la légendaire course de côte d’Ampus, la route s’élargissait pour arriver à Comps-sur-Artuby. Six kilomètres plus loin, sous un ciel brillant de myriades d’étoiles, les Gorges du Verdon offraient leur Corniche Sublime aux concurrents qui, en prime, trouvaient quelques virages encore enneigés après les Balcons de la Mescla.

JPEG - 122.3 ko

Enfin, après Aiguines, tout le monde redescendait vers Aups, pour se retrouver au restaurant "Le Provençal", où mijotait un somptueux civet de porcelet. Seul bémol à cette première étape, l’abandon de la Triumph Hérald de Philippe Coll, dont l’embrayage n’a pas tenu, malgré l’intervention de l’équipe d’assistance.

Après les cafés, le départ de la seconde étape était donné aux alentours de minuit. Elle passait par Tourtour, par le Thoronet et sa superbe abbaye cistercienne, longeait à nouveau le lac de Carcès sur lequel la lune se reflétait toujours, traversait Cabasse et Brignoles, puis, après Tourves, empruntait la mythique spéciale de Rougiers. Au carrefour des Glacières, les autos prenaient à droite vers le Plan d’Aups, où une autre spéciale : Notre-Dame d’Orgnon, les conduisait dans Saint Zacharie. Le Petit Galibier, Peynier et le Pigeonnier accompagnaient tout le monde à la Bouilladisse. Tout le monde, pas tout à fait, car la Mini Cooper d’Alain et Julie Sarrafian, en proie à des ennuis d’embrayage, rentrait tranquillement par le chemin le plus court.

Le gymnase de La Bouilladisse était, pour l’occasion, métamorphosé en salon de réception où boissons chaudes et viennoiseries étaient proposées à des concurrents, certes fatigués, mais heureux d’avoir participé à une édition particulièrement attrayante de la Nuit Provençale.
Après l’habituelle remise des souvenirs et le tirage de la non moins traditionnelle tombola, Michel Vignal, dans un bref débriefing, remerciait les équipages pour leur sportivité, le pool des bénévoles pour leur efficacité, et les partenaires pour leur aide, en particulier la municipalité de La Bouilladisse, le garage SMEA Marseille Joliette et les Automobiles Roure à Aubagne.

JPEG - 554.7 ko

Prochain rendez-vous avec Phocéa Productions : la 2° Montée Historique de Ceyreste, ancien fleuron du Championnat de France de la Montagne, le 22 mai

Organisation : PHOCEA PRODUCTIONS - Michel VIGNAL
Texte et photos : Alain Amalberti

-> Revivre les éditions précédentes

 

Portfolio

 
 
 
 
 
 

Tarif promo jusqu’au 15 mai :

Cliquez !


Comparez les assurances auto sur
minute-auto.fr


voituresdelegende.com




Rally Timer sur l’AppStore

www.classic-rally-timing.fr


www.ffsa.org