Contact Recherche avancéeé
 

François Pasquet et Christophe Rouvier remportent le Jean Behra Historique 2014

News Classic Racing | Publié le 18 septembre 2014

15 cols, dont Agnello et la Bonette-Restefond (les deux plus haut d’Europe, avec plus de 2700 m chacun) pour 24.447 m de dénivelé cumulé, 265 km d’épreuves de régularité sur 770 km de parcours total, plus le système GPS de la société espagnole Iteria Race Control à bord de chaque voiture pour décompter les points de pénalité des 48 concurrents avec une précision extrême : le 18e Jean Behra Historique fut un opus… Epique !

JPEG - 540.6 ko

Au final, c’est un équipage azuréen du team « Enfants & Santé » qui l’a emporté : François Pasquet, pilote, était navigué par Christophe Rouvier à bord de leur belle Porsche 911, modèle 1966, avec 6.682 points de pénalité. Très réguliers, malgré un problème moteur dans l’épreuve de nuit autour de Frabosa en Italie, ils ont enfin accédé à la plus haute marche du podium, après une frustrante 4e place l’an dernier. Sans doute ce qui leur a donné « l’œil du tigre » pour cette édition 2014 ! Bourrés d’humour (ils ont débarqué dans le parc fermé de départ habillés en hippies des années 70, pour mieux attirer l’attention sur la belle cause qu’ils soutiennent : voir sur www.enfants-cancers-sante.fr), volontiers fêtards lors des étapes, ils ont montré toutefois que leur expérience et leur talent dans le domaine de la régularité historique sont solides, en leur permettant de battre des équipages très capés.

JPEG - 224.3 ko
Les vainqueurs François Pasquet et Christophe Rouvier

Ils ont aussi montré une facette touchante de leur personnalité, en étant sincèrement émus lors de la remise des prix qui a couronné leur victoire. Tous deux la voie tremblante et les yeux embués : « Cette première place, je veux la dédier à l’ensemble du team Enfants & Santé, c’est vraiment un grand bonheur de gagner en ayant en plus donné un grand coup d’éclairage sur la cause que nous défendons au travers de l’association », à précisé Christophe Rouvier. « Il y a quelques années, j’étais venu faire le Jean Behra historique avec mon père comme copilote. Un grand souvenir, même si nous nous étions classés derniers… Alors gagner cette année, c’est d’autant plus émouvant », a glissé François Pasquet, soulignant également la grande qualité des étapes du rallye cette année, notamment à l’hôtel Miramonti en Italie.

Le podium 2014 voit également monter sur la 2e marche le très expérimenté équipage belge, chef de file du team automag.be : Ray Collignon et Adrien Felot, sur Porsche 911 de 1976, pour qui c’était le tout premier Behra historique. Ils terminent avec 7.128 points de pénalité. Constat : quand les Belges font le déplacement, ce n’est pas pour faire de la figuration ! On peut venir du « plat-pays » et faire des étincelles sur les deux plus hautes routes d’Europe…

JPEG - 147.4 ko
Elisa-Noémie Laurent et Béatrice Bayle

3e du classement, un équipage 100% féminin : Elisa-Noémie Laurent et Béatrice Bayle sur Triumph Spitfire 1500 de 1980 ont montré qu’en régularité historique, les filles ne comptent pas pour des prunes avec 7.722 points de pénalité accumulés sur les 3 jours du rallye. Elles remportent également la coupe des Dames. Elles démontrent également que leur petite anglaise de 70 Cv n’est absolument pas ridicule face aux Porsche et aux gros moteurs du plateau, même si les chevaux ont eu tendance à s’évanouir en passant les 2700 m d’altitude par deux fois (cols Agnello et Bonette-Restefond) dans la journée du samedi, qui emmenait les concurrents sur 450 km de parcours en 2 étapes !

En régularité historique, si certains jouent la course à l’armement électronique à bord, avec des tripmasters dernière génération, des cadenceurs, des équipements doublés voire triplés, des applications sur tablette, etc., certains préfèrent l’authenticité de la navigation avec les seuls instruments de bord d’origine, un chronomètre et une table de temps. Un véritable art. C’est le cas de Franck Aluni et Virginie Lewicki sur Porsche 911 SC de 1983 qui remportent avec talent la catégorie « Régularité sans Instruments » de ce 18e Jean Behra Historique, avec 17.525 points.

Le trophée du fair-play « Claude & Lucienne Grassini » (en hommage aux précédents organisateurs du rallye au sein de l’ACNCA) a été décerné ex-aequo à Claude et Dany Alquier (sur Alfa-Romeo duetto ‘coda longa’ 1967) et à Jean-Louis et Romain Roux (Alpine-Renault A310 de 1973), qui ont soulevé plus d’un capot durant le rallye, aidant de nombreux concurrents à reprendre la route. Tout comme le patron de la dépanneuse officielle du rallye, Tonin Barnier, qui une fois de plus a été l’ange gardien du rallye, de même que la voiture balai pilotée par Florent Landucci et Mélanie Beraud.

JPEG - 182.4 ko

Le trophée Jean Viazzi (un grand pilote niçois qui fut membre de l’ACNCA), qui récompense chaque année la voiture la plus exceptionnelle du plateau, a été transmis par Cédric Topor (qui s’est classé 8e au général avec sa Lotus Elan Sprint de 1972) récipiendaire 2013, à David Hamalian (20e au général, copiloté par Marc Mandel), pilote de la superbe Austin-Healey 100/4 de 1955, par ailleurs doyenne du plateau : 59 ans !

« Cette année, nous avons introduit 2 nouveautés importantes », indique Christian Proud-Diaz, président de l’Automobile Club de Nice et Côte d’Azur, qui était également ouvreur du rallye sur sa TVR Chimaera 400 HC. « En nouant un partenariat avec la société barcelonaise Iteria Race Control, nous avons disposé de compétences et d’une technologie de pointe pour effectuer les contrôles de régularité et établir le classement. L’équipe de Jésus Villareal a montré une formidable expertise lors de ce rallye ». Chaque voiture était équipé d’un boitier GPS posé par Iteria RC chaque matin, au départ. « Un système très fiable, qui nous a permis de placer entre 5 et 15 points de contrôles successifs dans les épreuves de régularité ». Une toute autre échelle pour le Jean Behra historique : « Auparavant, nous dissimulions entre 1 et 2 commissaires avec des chrono-pointeuses sur le parcours d’une « ER » précise Michel Chaple, directeur des commissaires du rallye. « Cette évolution explique pourquoi le rallye a été si sélectif cette année… et que les équipages ont tous accumulé un bien plus grand nombre de pénalités » précise Alain ‘Brontolo’ Alquier, directeur de course.

JPEG - 146.3 ko

Autre évolution : des tables de temps imposées (avec plusieurs changement de moyenne intégrés) dans 8 des 22 épreuves de régularité du rallye. « Un autre élément qui a rendu le rallye très sélectif, en faisant particulièrement appel au talent des copilotes et à leur expérience de la navigation « à l’ancienne ». Beaucoup ont tendance à l’oublier au profit de la seule électronique embarquée », souligne Alexis Froger, directeur du parcours routier et auteur du road-book. Même les plus performants ont souffert dans ces « ER » particulières. « Ce type de régularité se pratique beaucoup dans les rallyes du Nord de la France : nous avons bénéficié de l’expérience de Paul ‘Pablo’ Castillon et Francis Herman, organisateurs du Rallye de l’Aisne, que je tiens à remercier pour ce transfert de savoir-faire passionnant ».

Enfin, on notera que les participants ont tous reçus des trophées souvenirs, des bouteilles offertes par le domaine varois des Escaravatiers, des polos personnalisés, ainsi que des reproductions d’un magnifique tableau de Alain Ducoté, qui était exposé à la remise des prix. L’œuvre représente tout simplement… Jean Behra sur une Gordini T24S en 1953, lors d’une épreuve au dessus de Nice du Tour Auto, épreuve mythique organisée par… l’Automobile Club de Nice et Côte d’Azur. L’artiste azuréen, authentique passionné (il est accompagné le rallye pour la dernière étape à bord de son Austin-Healey de 1966) a dédicacé personnellement chaque reproduction pour tous les équipages. Quant aux premiers classés, ils ont reçu -en prime de leurs coupes et trophées spécifiques- des prix prestigieux, offerts par Suixtil France. Une marque symbole pour tous les gentlemen drivers de la planète, dont les vêtements et accessoires ont équipé les plus grands : Fangio, Moss et bien sûr… Jean Behra lui-même, dont le célèbre polo rouge-fétiche a été offert aux 3 premiers pilotes classés.

JPEG - 304.7 ko

En outre, on note que Elite rent a car, également partenaire officiel du rallye* avait mis à disposition un utilitaire qui a servi au transport des bagages des équipages et a offert aux gagnantes de la coupe des Dames un week end de location « vintage » en Morgan roadster ou Mini Moke ! De même, le premier équipage azuréen classé (Cédric et Sylvie Topor sur leur Lotus Elan) a reçu un bon offert par le spécialiste Riviera Detailing pour un traitement detailing complet de la voiture après le rallye, qui lui permettra de redevenir rutilante !

Parmi les coups de cœur de l’équipe organisation cette année, on relèvera en particulier les équipages belges du team Automag.be (outre Ray Collignon et Adrien Felot : Jean-Claude ‘JCC’ Cogneau et Xavier Lesir sur Golf GTi 1981, 13e au général et Stéphan Dubois/ Patricia Navez sur MGA, 19e). Mais aussi l’équipage toulousain formé par Aurélien Lava et Jérémie Delmas (16e au général pour leur tout premier rallye) sur une superbe Mini Cooper de 1965, qui on mis le feu au Kiss n’ Fly à Valberg, point traditionnel de ralliement festif des équipages lors de la nuit d’étape du samedi soir. Ainsi que les 2 équipages allemands, Bernd Giesen/Manfred Rass (MGA de 1958) et Richard et Seraina Greve (MGA TwinCam de 1959). Ou encore les débutants qui ont assuré pour leur toute première sortie : les tous jeunes Thomas Mini et Maxime Thibaud sur Peugeot 104 ZS 1979, du team Nissa la Bella, qui terminent 6e au général ! Egalement Laurent Messager et Sabrina Maniscalco du team AMV Légende, 29e sur leur petite Mini 1000 de même que Mickael Martin et Julie Duclairoir, venus de l’Aisne pour participer avec leur BMW 525 de 1976.

JPEG - 117.5 ko

Sans oublier le gentleman driver et partenaire du rallye Patrick Robaut, qui conduisait en catégorie tourisme avec son épouse une magnifique R5 Turbo 2 ‘Cévennes’ de 1984 qui fut pilotée par l’immense Jean Ragnotti. Enfin les incontournables TVR Boys, des fidèles du Behra Historique dont le team était emmené une fois de plus par Thomas Féraud et Lionel Ravily (26e au général sur leur TVR 3000s de 1979). Mais pour être honnête, tous les équipages ont été un coup de cœur de l’équipe, cette année ! Notamment Virginie Ferro, dont l’Alpine A310 ‘Aseptogyl’ a rendu l’âme dès la première journée et qui a tenu à continuer hors course malgré tout, avec sa R5 Turbo comme monture de remplacement.

* Etaient également sponsors ou partenaires de l’édition 2014 : newsclassicracing.com, automag.be, Media06, l’assureur AMV Légende, le spécialiste de l’entretien Riviera Detailing, le garage spécialiste Mini et anciennes MAD/Mecanique Auto Dépannage (Nice), Securitest Auto Bilan Nice Ouest, la carrosserie spécialiste des anciennes Aux Ouvriers Réunis (Antibes), AFR-Patrick Robaut, Image Media Sud-IMS, Elite Rent A car, la plage privée Beau Rivage, le Domaine des Escaravatiers et Iteria Race Control.

-> + de photos

-> Galerie photo consacrée au rallye par le studio Dinkymage, photographe officiel

PNG - 34.8 ko

Texte et photos :
Automobile Club de Nice / Rally Mosse

-> Le classement 2014

-> Tout 2014.. et les éditions précédentes

 

Portfolio

 
 
 
 
 
 

Cliquez !


Comparez les assurances auto sur
minute-auto.fr


voituresdelegende.com




Rally Timer sur l’AppStore

www.classic-rally-timing.fr


www.ffsa.org