Eifel Rallye Festival 2018 : toujours un grand succès

C’est LE rendez-vous incontournable des amateurs de rallye de la mi-juillet.

JPEG - 90.3 ko

L’Eifel Rallye Festival a cette année encore fait le plein. Le plein de spectateurs mais aussi de concurrents avec au total près de 170 voitures pour 19 nations représentées. Le thème était cette année dédié à Pikes Peak, un thème osé car il existe forcément beaucoup moins de voitures de ce type que de voitures de rallye traditionnelles et ce sont des voitures qu’il n’est pas évident de faire rouler.

Par rapport à la liste annoncée, on peut regretter l’absence de la Peugeot 405 T16 Pikes Peak, la vrai voiture d’usine qui a couru en 88 et 89 la célèbre course de côte, pourtant déjà vue ici il y a deux ans ainsi que celle de la Ford RS200 "Pikes Peak" dont le propriétaire a rencontré des soucis mécaniques 15 jours avant l’épreuve.

JPEG - 298.8 ko
Audi Quattro S1 E2 Ex-Walter Rohrl

Si certaines autos sont restées en statique au parc à Daun comme la Peugeot 205 T16 E2 Pikes Peak, on a quand même pu voir en action lors des 2 parades, la magnifique Audi Quattro S1 E2 Ex-Walter Rohrl (1987) aux mains du sympathique Harald Demuth et les étonnantes Golf Bimotor ex-Jochi Klein (85, 86, 87) pilotée ici par lui-même. Toujours dans les modèles originaux, on retrouvait l’Audi Quattro A1 gr B avec laquelle John Buffum participa en 1983 à la course de cote du Colorado.

JPEG - 426.4 ko
Stig Blomqvist et Timo Salonen

Après deux éditions mémorables en 2015 avec la présence de 5 champions du monde et celle de 2016 dédiée aux Groupes B, il n’est pas facile de mettre la barre aussi haut chaque année et cette année 2018 reste plus classique, mais néanmoins d’excellente tenue. Et si on retrouve deux anciens champions du monde avec Stig Blomqvist et Timo Salonen, les autres pilotes de notoriété sont essentiellement allemand avec Harald Demuth et le spectaculaire Matthias Kahle, champion de l’applaudimètre dans les spéciales. Il y avait aussi cette année une forte délégation espagnole du fait de la présence du rallye Trasmeria dans le giron de Slowly Sideways.

JPEG - 326.9 ko
Maubach Arena

Côté parcours, le changement majeur était cette année le déplacement du shakedown qui n’était plus sur le tracé de la célèbre Mantaloch, mais du côté de Darscheid avec un tracé dans une cuvette naturelle "Maubach Arena" avec une boucle à parcourir 2 fois. Comme pour toutes les spéciales, l’organisation fait tout pour que les spectateurs profitent pleinement du spectacle et nombreux sont les points spectateurs permettant de voir évoluer les voitures sur plusieurs centaines de mètres. Ajoutons à cela que les spéciales sont composées de boucles à parcourir 2 ou 3 fois.

JPEG - 467 ko
Super Stage

Après les vérifications d’usage le vendredi matin, le rallye prend son envol l’après midi avec la célèbre Super Stage composée à 90% de terre/gravier avec ses traditionnels jump et son gué. Le seul regret est que bon nombre de concurrents ne parcourent pas cette spéciale de peur d’abimer leur voiture. Puis vient en toute fin de journée une autre spéciale célèbre, celle d’Hilgerath avec deux points spectateurs très chaud, un proche du départ où les concurrents finissent la boucle par un jump et arrivent sur un immense carrefour où certains s’adonnent aux donuts, et un second point dans le village de Sarmersbach. Le public est très nombreux dans cette spéciale et l’ambiance bon enfant. Le samedi est composé de 3 spéciales à parcourir 2 fois, dont la réputée Lehwald Arena, spéciale mixte terre/Asphalte où le spectacle est garanti.

Un regret toutefois car longtemps l’ordre de départ respectait une certaine chronologie dans l’histoire du rallye ce qui n’est plus le cas actuellement, d’autant qu’il y a moins d’anciennes voitures de rallye que précédemment. Le spectacle reste toutefois de qualité et l’organisation est de haut niveau.

-> Liste des engagés 2018

Texte : NewsClassicRacing - Photos : PhotoClassicRacing.com

-> Les éditions précédentes

 

Portfolio

 

Documents joints

 Liste des engagés 2018 (PDF - 270.8 ko)